BFMTV

Vingt-Cinq, la nouvelle série générationnelle d'OCS

La série "Vingt-Cinq" démarre sur OCS à partir du 25 octobre.

La série "Vingt-Cinq" démarre sur OCS à partir du 25 octobre. - OCS

Vingt-Cinq, nouvelle série française produite par OCS, nous conte les déboires et les doutes de quatre garçons d'aujourd'hui. Portrait d'une génération désorientée.

"Seules les filles pleurent", chantait Lio en 1988. C’est qu’elle ne connaissait pas Bryan Marciano, héros et auteur de Vingt-cinq, la nouvelle série française produite par OCS. Dix épisodes de 22 minutes où des garçons de 25 ans se font plaquer, pleurent, souffrent, doutent, se posent des questions sur leur sexualité.

Vingt-cinq dépeint avec une mélancolie tendre et teintée d'humour, la vie de quatre jeunes hommes, se débattant en plein âge des possibles. Et puis à l'horizon, se profile cette terrible perspective: "Dans cinq ans on a trente ans".

"Bullshit jobs" et précarité

A travers le portrait doux-amer de ses héros, issus d'une génération désorientée, Bryan Marciano dessine en filigrane une société où règnent précarité et "bullshit jobs". Vingt-cinq évoque la difficulté de devenir adulte, de trouver sa voie, sa sexualité. Tous les personnages, principaux et seconds rôles, y sont d'une grande justesse.

Il y a Jérémy (Bryan Marciano, récompensé d'un prix du meilleur acteur au festival SériesMania de Lille en mai dernier), de retour d'un long séjour aux Etats-Unis, que sa petite amie largue à l'aéroport. Tétanisé à l'idée de vivre seul, il tente (très) de maladroitement de la reconquérir. Contraint de prendre un travail alimentaire - "J'écris des articles à la con pour générer du clic" - Jérémy se rêve écrivain.

Looser magnifique

Adrien (Pablo Pauly, remarqué dans Patients de Grand Corps Malade) tente, lui de cocher toutes les cases de la "normalité": il vit dans un pavillon de banlieue avec sa petite amie, qu'il va épouser, déjeune de sandwiches triangulaires avalés devant son ordinateur, et espère enfin un décrocher un CDI. L'acteur évoque en riant s'être inspiré pour camper ce personnage d'un ami d'enfance, devenu VRP "aux costards un peu trop grands", dont l'un des grands bonheurs est d'avoir "une voiture de fonction". 

Alex, autre looser magnifique et jovial est toujours en passe de lancer une boîte qui va révolutionner quelque chose. Sa tchatche n'a d'égal que l'immensité de ses rêves. Alexandre Boublil, qui campe avec énergie et finesse le personnage d'Alex n'est pas acteur, mais le meilleur ami de Bryan Marciano dans la vie. Enrôlé un par hasard, ses talents d'acteur sont vite devenus une évidence. 

Géraldine Nakache, marraine bonne-fée

Enfin Jonas (campé par Pierre Lottin, le fils simplet de Jeff Tuche) n'a pas de soucis d'argent, il vit seul dans un grand appartement, mais se pose des questions sur sa sexualité, ne parvenant pas à se situer.

On croise aussi au casting de cette jolie série générationnelle, l'humoriste sensible Vincent Dedienne, Esther Garrel, fille et soeur de, vue dans La belle personne, de Christophe Honoré, et L'Apollonide de Bertrand Bonello, ou encore Marie Petiot, vue dans Marie-Francine, de Valérie Lemercier.

"J'ai mis de moi dans tous ces personnages-là", explique Bryan Marciano, homme-orchestre de la série. Le jeune trentenaire au regard d'enfant inquiet a été à la fois scénariste, réalisateur et acteur. Les producteurs, dont Géraldine Nakache - sorte de marraine bonne-fée bienveillante qui fait ici sa première incursion en tant que productrice - le couvent depuis cinq ans, durée de la gestation de ce projet.

"Des mecs qui pleurent, qui sont timides"

Le scénario, Bryan Marciano a commencé à l'écrire à 24 ans, pendant une période de chômage.

"Je ne savais pas quoi faire de ma vie et j'avais cet âge que je décris dans la série. Je me suis mis à écrire des trucs de mon quotidien et de ma vie et de mes potes, juste pour m'occuper. Et au bout d'un certain temps, j'y passais mes journées entières et c'était grisant, j'avais une raison de me lever le matin. Et donc j'ai écrit une espèce de truc innommable de 250 pages. Je me suis dit que peut-être il y avait quelque chose de conceptualisable de cet âge-là, un début de mélancolie. Je suis allé voir Géraldine (Nakache) pour un avis. Elle m'a dit 'ce qui est nouveau c'est qu'il y a des mecs qui pleurent, des mecs qui se débriefent, des mecs qui sont ce que les nanas étaient avant, des mecs qui sont timides. Elle y a trouvé une originalité."

Originale, Vingt-cinq l'est. Mais aussi, universelle: on se retrouve tous forcément un peu, quel que quoi son âge, son sexe et son origine sociale.

vingt-cinq sur ocs

La saison 1 inédite de Vingt-Cinq (12x22 mn) est diffusée à partir du 25 octobre à 20h35 sur OCS Max et en intégralité sur OCS Go.

Magali Rangin