BFMTV

Selena Gomez évoque ses mois de thérapie: "C'était la meilleure chose que j'aurais pu faire"

Selena Gomez

Selena Gomez - Frederic J. Brown - AFP

La chanteuse de 25 ans, qui renoue avec son public après des mois d'absence, raconte les bienfaits de sa pause loin des projecteurs.

À la fin du mois d'août 2016, Selena Gomez annonçait l'annulation des derniers concerts de sa tournée mondiale, le Revival Tour. Une décision prise afin de traiter son lupus, la maladie dont elle souffre, mais aussi les effets secondaires tels que l'anxiété et la dépression. Un an plus tard, la chanteuse de 25 ans évoque les trois mois qu'elle a passés dans un centre du Tennessee, loin des médias, de la scène et des réseaux sociaux, dans une interview pour la magazine InStyle

"L'an dernier, j'ai annulé ma tournée et j'ai disparu pendant 90 jours, et c'était la meilleure chose que j'aurais pu faire", explique la jeune chanteuse. "Je n'avais pas de téléphone, rien, et j'avais peur. Mais c'était merveilleux, et j'ai beaucoup appris."

"Il y a encore des jours difficiles"

Celle qui vient de dévoiler deux singles après une absence volontaire d'un an donne quelques détails sur le travail effectué durant ces trois mois de traitement:

"J'étais à la campagne, je ne m'occupais jamais de mes cheveux. J'ai participé à une thérapie équine, ce qui est très beau. Et c'était difficile, évidemment. Mais je savais ce que mon coeur exprimait, et je me suis dit 'Bon, je pense que cela m'a aidée à devenir plus forte pour les autres.'"

Si elle explique aller "beaucoup, beaucoup mieux", elle admet qu'il lui reste du chemin à parcourir: "Il y a encore des jours (difficiles). Je suis en thérapie. Je crois aux bienfaits de parler de votre état."

De l'inconvénient d'être une star du Web

Révélée à 15 ans dans la série de Disney Channel Les Sorciers de Waverly Place, la chanteuse de Bad Liar évoque également les difficultés d'être une enfant-star ("Je pense que c'est vraiment anormal d'être dans cette industrie à un jeune âge, où vous essayez de comprendre qui vous êtes") et la pression que ce statut a engendré par la suite, notamment à cause des réseaux sociaux:

"C'est bien d'être connecté, de voir des choses et d'être au courant de ce que font vos amis", admet la détentrice du compte le plus suivi d'Instagram. Mais cela mène aussi les gens à penser qu'il doivent avoir une apparence particulière, ou se comporter d'une certaine manière (...) C'est très dur de savoir qui vous êtes au milieu de ce chaos et de cette pression."

Enfin, la petite amie de The Weeknd explique être prête à se remettre en selle, en reprenant le chemin de la scène: "Les tournées, c'est l'une des plus belles facettes de la musique."

Benjamin Pierret