BFMTV

Rumeurs de rupture à Monaco: la princesse Charlène dément

Le couple princier à Monaco, le 2 avril dernier.

Le couple princier à Monaco, le 2 avril dernier. - -

L'ex-nageuse olympique, aujourd'hui mariée au prince Albert, s'est confié au magazine "Paris-Match", et a balayé du revers de la main les rumeurs sur ses doutes présumés quant à son mariage.

La princesse Charlène de Monaco est revenue, dans une interview publiée cette semaine dans Paris-Match, sur les rumeurs qui ont couru à la veille de ses noces fastueuses avec Albert II en juillet 2011, démentant notamment avoir voulu s'enfuir. "On dit des choses épouvantables", a réagi l'ex-nageuse olympique sud-africaine.

"Un jour, par exemple, j'étais encore fiancée et je faisais du shopping avec ma mère quand j'ai appris, via des textos envoyés par des amis, que des rumeurs circulaient sur une prétendue annulation de mon mariage. C'était dingue!", a-t-elle relaté.

"A la dernière minute, ma mère m'avait demandé de l'accompagner à Paris pour chercher une paire de chaussures commandée pour la cérémonie. C'est là que tout une histoire a été inventée", a poursuivi la princesse, aujourd'hui âgée de 36 ans.

"Albert est la personne en qui j'ai le plus confiance"

Comme le rappelle le magazine, les rumeurs n'ont pas tari depuis sur le Rocher, évoquant des "tensions dans le couple", la "tristesse" ou encore la "solitude de la princesse" et "son manque de soutien au sein de la Principauté". Charlène balaye tous ces bruits de couloir d'un revers de main, note Paris-Match: "Albert est la personne en qui j'ai le plus confiance, celle qui me connaît le mieux".

Au grand soulagement de leurs sujets, Albert II, aujourd'hui âgé de 56 ans, et Charlène se sont unis civilement lors d'une cérémonie sobre au sein du Palais le 1er juillet 2011, avec pour témoins la moitié de leurs 7.800 sujets, conviés sur la place du palais à y assister via des écrans géants.

Une fastueuse cérémonie religieuse s'est déroulée le lendemain dans la Cour d'honneur du Palais. Huit cents invités de marque et d'innombrables téléspectateurs à travers le monde ont pu y assister.

A. G. avec AFP