BFMTV

Pour Sylvie Vartan, l'année qui a suivi la mort de Johnny a été "violente"

Sylvie Vartan pause parmi les fauteuils de l'Olympia, le 6 septembre 2017

Sylvie Vartan pause parmi les fauteuils de l'Olympia, le 6 septembre 2017 - Martin Bureau - AFP

La chanteuse a confié de "pas vraiment réaliser" que le rockeur est mort et avoir perdu "un bout de son coeur".

Alors que ce jour marque le premier anniversaire de la mort de Johnny Hallyday, Sylvie Vartan s'est confiée sur RTL sur l'année écoulée. La chanteuse, qui sort un nouvel album de reprises du rockeur, Avec toi..., a confié qu'elle ne réalisait "pas vraiment" qu'il n'était plus de ce monde.

"À l'intérieur de moi je sais qu'il n'est plus, mais je chante avec lui et cela me fait du bien. Ce qui me sauve, c'est de chanter", a-t-elle dit.

"Je peux pas imaginer qu'il soit parti", a ajouté l'artiste. "On ne fait jamais vraiment son deuil quand on a aimé les gens. On a un fils ensemble, ce n'est pas rien (...) Le fait de le perdre, c'est comme un bout de mon cœur qui s'en va aussi". 

"Je n'ai plus de colère"

Sylvie Vartan a traversé cette année "violemment". "Quand on fait du mal à votre enfant, même quand il est grand et responsable, il n'empêche que c'est violent, c'est plus fort que soi, on s'insurge. Je n'ai plus de colère, j'ai dit ce que j'avais à dire, mais ça a été une année violente", a-t-elle expliqué en évoquant son fils, David Hallyday. 

La chanteuse a répété qu'elle n'écouterait "jamais" l'album posthume du chanteur, Mon pays c'est l'amour. "Si j'écoute ce disque, je vais pleurer en permanence". 
N.B.