BFMTV

Victoires 2021: une soirée sous le signe des revendications, à l'heure des salles de spectacle fermées

Benjamin Biolay, Jean-Louis Aubert et Thomas Savy durant les Victoires de la musique 2021

Benjamin Biolay, Jean-Louis Aubert et Thomas Savy durant les Victoires de la musique 2021 - Capture d'écran France 2

La soirée de remise de prix a été émaillée de prises de paroles pour demander à l'Etat de venir en aide à la filière musicale, frappée de plein fouet par la pandémie de Covid-19.

Les 36e Victoires de la musique auront sans aucun doute été les plus politiques. L'édition 2021 de la remise de prix, qui s’est déroulée ce vendredi à la Seine-musicale de Boulogne-Billancourt, a été émaillée de prises de parole en faveur du monde de la culture, particulièrement touché par la crise du coronavirus.

Cet soirée, qui a récompensé Benjamin Biolay (artiste masculin et album de l'année pour Grand Prix), Pomme (artiste féminine) ou encore Grand Corps Malade et Camille Lellouche (chanson originale pour Mais je taime) s'est déroulée sans public (outre 200 figurants disposés dans la salle pour applaudir les prestations), en raison des mesures mises en place pour lutter contre la pandémie.

Car la fermeture des salles de spectacle a mis la filière musicale à l’arrêt. Les artistes, intermittents mais aussi tous les travailleurs de l’ombre, des tourneurs aux propriétaires de salles en passant par les techniciens, ont été privés d’activité. Le président d’honneur des Victoires de la musique 2021, Jean-Louis Aubert, a donné le ton de la soirée dès son discours d’introduction en s’adressant à la ministre de la Culture :

"Président, ce n'est pas facile par les temps qui courent, car le présidentiel a été remplacé par le présentiel", a-t-il d'abord ironisé, avant de profiter "de la présence ou de l'absence de la ministre de la Culture" Roselyne Bachelot, pour lui réclamer de "continuer à prendre soin des musiciens, des équipes techniques, des organisateurs de spectacle", le temps que la situation revienne à la normale. Et de conclure sur une note d'espoir en prédisant le retour du spectacle vivant: "C'est pour bientôt. Cet été, c’est bon!"

"J'attends qu'on nous écoute un petit peu"

Benjamin Biolay, qui a pris la parole sur le sujet à plusieurs reprises au cours des derniers mois, a de nouveau fait part de son engagement durant les Victoires. Le grand gagnant de cette soirée - il est le seul à avoir remporté deux trophées, sur trois nominations - a rappelé que "ça n'a pas été une année très victorieuse pour la musique" en recevant le prix d'artiste masculin:

"On est très conscients que cette pandémie est épouvantable et que les mesures mises en place étaient nécessaires", a-t-il déclaré, avant de regretter le "silence assez étourdissant" des pouvoirs publics concernant les revendications du monde de la musique. "J'attends qu'on nous écoute un petit peu. On est des gens sérieux, on ne fera pas n'importe quoi."

"Payer son loyer, ses factures, et nourrir sa famille"

Outre les grands noms de la scène populaire française, les présentateurs de la soirée Stéphane Bern et Laury Thilleman on tendu le micro à Thomas Savy, musicien de l'orchestre des Victoires, qui a livré un plaidoyer ému en faveur du monde du spectacle. Durant quelques minutes, le clarinettiste et saxophoniste s'est adressé à Roselyne Bachelot, "au nom des artistes (...), des techniciens (...), des dizaines de milliers d'intermittents du spectacle qui ne travaillent plus depuis que les salles sont fermées et que les spectacles sont interdits":

"Comment vivre sans exercer son art, quand c'est le choix de toute une vie? Comment vivre en ayant perdu la moitié de ses revenus, en voyant l'avenir chaque jour plus sombre? On a beau être dans le spectacle, il faut payer son loyer, ses factures, et nourrir sa famille", a-t-il rappelé, avant de poursuivre:

"L'année blanche accordée par le président de la République aux intermittents du spectacle arrivera bientôt à son terme. Pourquoi refuser de la prolonger puisqu'il nous est impossible de travailler? Madame la ministre, n'entendez vous pas les milliers de manifestants qui défilent depuis des semaines pour l'exiger?"

Roselyne Bachelot réaffirme son soutien

Enfin, il demande l'aide du gouvernement pour mettre sur pied les spectacles de demain: "Pendant cette terrible crise, des milliers de spectacles peuvent se préparer. Nous y sommes prêts. Mais qui nous paiera pour cela si le ministère de la Culture continue à s'y refuser? Prenez donc dès maintenant la décision de financer les concerts que nos publics seront heureux d'écouter d'ici quelques mois."

Roselyne Bachelot était présente dans les coulisses de ces 36e Victoires de la musique. Elle a salué les artistes et a réaffirmé son soutien à la filière auprès de l'AFP: "Les artistes ne peuvent pas pour l'instant se produire sur scène mais je travaille d'arrache-pied de jour comme de nuit avec eux pour bâtir un modèle résilient qui va nous permettre de traverser cette crise. Je suis avec les artistes et je leur souhaite beaucoup de courage. Je suis avec eux", a-t-elle déclaré.

La soirée a également été marquée par la Victoire d'honneur remise avec émotion à Jane Birkin par sa fille Lou Doillon. Julien Doré, nommé dans deux catégories, est reparti avec la Victoire de la création audiovisuelle pour son clip Nous réalisé par Brice VDH. Lui aussi a adressé son soutien au monde de la musique au micro de BFMTV: "(Cette récompense) a une résonnance particulière, non pas pour flatter mon ego mais pour en profiter pour avoir une pensée pour ceux qui depuis un an ne travaillent pas."

https://twitter.com/b_pierret Benjamin Pierret Journaliste culture et people BFMTV