BFMTV

Pourquoi les catalogues de nombreuses stars de K-Pop ont disparu de Spotify

Les quatre membres de Sistar en 2015 en Chine, deux ans avant la séparation du groupe

Les quatre membres de Sistar en 2015 en Chine, deux ans avant la séparation du groupe - Philippe Lopez - AFP

De nombreux artistes de K-Pop ont disparu du catalogue de Spotify dans le monde faute d’un accord avec leur distributeur, le sud-coréen Kakao M.

Lundi, une grande partie des discographies de stars de K-Pop a disparu de la plateforme de streaming Spotify. Parmi elles, les groupes Sistar ou Seventeen et la chanteuse IU. 200 artistes sont concernés, selon des décomptes faits par des fans sur les réseaux sociaux. Que s'est-il passé?

L'accord de diffusion entre le géant suédois et le distributeur sud-coréen Kakao M, qui détient les droits sur les chansons de ces artistes, est en effet arrivé à son terme et n'a pas été renouvelé, a indiqué Spotify.

"Nous avons travaillé avec Kakao M durant les 18 derniers mois pour renouveler l'accord de diffusion mondiale", déclare Spotify dans un communiqué obtenu par BFMTV.com. "Malgré tous nos efforts, l'accord de diffusion que nous avions avec Kakao M (qui couvrait tous les pays en dehors de la Corée du Sud) est arrivé à son terme." Ils ajoutent qu'ils espèrent que ces perturbations sont "temporaires" et que "le problème sera bientôt résolu".

Plateformes rivales

Spotify, qui vient tout juste de s'implanter en Corée du Sud, le 1er février dernier, n’avait pas les droits pour diffuser dans le pays les artistes distribués par Kakao M, souligne NME. Comme le note par ailleurs Pitchfork, Kakao M détient MelOn, l'une des plateformes musicales les plus populaires en Corée du Sud. Pour Jeff Benjamin, chroniqueur spécialiste de la K-Pop chez Billboard, la concurrence entre les deux sociétés sur le terrain du streaming a empêché le renouvellement de leur accord sur la distribution internationale:

"Je n'ai pas d'informations directes sur cette situation, mais le fait que Spotify vienne de se lancer en Corée du Sud implique une compétition directe avec Kakao M, qui détient MelOn, la plateforme de streaming la plus puissante de Corée", écrit-il sur Twitter.

Kakao M met de son côté en cause la politique de Spotify qui consiste à signer simultanément les contrats locaux et mondiaux, comme le souligne un porte-parole de la société sud-coréenne cité par Pitchfork. La distribution des artistes de Kakao M n'étant pas possible en Corée du Sud, elle n'aurait donc pas pu l'être au niveau international, selon le distributeur sud-coréen. Le contrat de distribution en Corée du Sud est toujours en négociation.

"Les artistes et les fans souffrent"

Sur Spotify, la disparition des catalogues de Kakao M - une fan sur Twitter, une certaine @lemonphobic, a recensé 200 artistes concernés - semble être progressive. Si la discographie de certaines formations comme Sistar a totalement disparu, d'autres sont encore disponibles, du moins partiellement. C'est le cas du groupe Epik High. Tablo, l'une des stars du trio, a pris la parole sur les réseaux sociaux pour dénoncer cette mesure, qui désavantage avant tout les artistes:

"Apparemment, un désaccord entre notre distributeur Kakao M et Spotify a rendu notre nouvel album Epik High is Here indisponible partout dans le monde contre notre volonté. Sans se demander qui est en tort, pourquoi est-ce toujours les artistes et les fans qui souffrent lorsque des sociétés placent l'avidité avant l'art?"
https://twitter.com/b_pierret Benjamin Pierret Journaliste culture et people BFMTV