BFMTV

Mick Jagger dévoile une nouvelle chanson teintée de Brexit blues

Le chanteur des Rolling Stones, Mick Jagger.

Le chanteur des Rolling Stones, Mick Jagger. - Carl Court - AFP

Le leader des Rolling Stones a dévoilé un nouveau titre, le premier en solo depuis 2011, empreint de Brexit blues.

Mick Jagger, le chanteur des Rolling Stones, a dévoilé un nouveau morceau enregistré en solo, teinté d'inquiétude et d'incertitude sur le Brexit.

A 74 ans, le musicien britannique s'aventure sur le terrain miné de la politique de son pays avec une chanson au titre évocateur, England Lost ("L'Angleterre a perdu").

"Un moment difficile de notre histoire"

"J'ai été chercher l'Angleterre mais je ne l'ai pas trouvée/Je crois que je suis en train de perdre mon imagination/J'en ai assez de parler d'immigration/Tu ne peux pas entrer et tu ne peux pas sortir", chante-t-il sur un rythme blues dans England Lost, dévoilé jeudi soir.

Mick Jagger a évoqué sur la radio Beats 1 un match de football décevant où l'Angleterre n'a pas gagné, allusion à peine voilée au Brexit, "un moment difficile de notre histoire", rapporte l'agence britannique PA.

La chanson exprime "un sentiment d'insécurité", "de ne pas savoir où on est", a-t-il ajouté.

Le clip du titre, en noir et blanc, montre l'acteur britannique Luke Evans essayer d'échapper à plusieurs personnes qui le poursuivent et l'empêchent de s'enfuir. Une petite fille lui demande "Où pensais-tu pouvoir aller?", comme s'il ne pouvait pas quitter le Royaume-Uni.

L'Amérique de Trump

Mick Jagger a également publié un deuxième titre, Get a Grip, qui semble aborder l'Amérique de Donald Trump, avec des paroles comme "Les informations sont toutes fausses", clin d'oeil à la ritournelle sur les "fake news" du président américain.

Le musicien britannique n'était pas apparu sur une chanson en solitaire depuis 2011.

Le dernier album original des Rolling Stones, A Bigger Bang", remonte à 2005. Mais le guitariste du groupe Keith Richards vient de révéler qu'ils travaillaient à un nouvel album pour "très bientôt".

M.R. avec AFP