BFMTV

Francis Cabrel de retour avec l'album "À l'aube revenant", où il se livre comme rarement

Le chanteur s'est confié à BFMTV sur ce nouvel album dans lequel il rend hommage à son père et nous a parlé de son rapport à la célébrité.

D'ici quelques jours, les fans de Francis Cabrel pourront découvrir son nouvel album. À l'aube revenant, son quatorzième opus, est attendu ce vendredi dans les rayons des disquaires. D'ordinaire très rare, le chanteur s'est confié à BFMTV. Car à l'approche de la sortie de ce nouveau disque, il doit retrouver le chemin des interviews:

"La célébrité m'encombre", déclare-t-il. "Dans la famille, je suis un peu celui qu'il faut protéger, un peu cacher (...) Il y a des choses à choisir pour essayer d'être discret."

Un album plus intime que jamais

L'éternel discret de la chanson française se livre pourtant comme rarement. Le premier extrait de ce nouvel album, Te ressembler, est un hommage à son père, qui était ouvrier dans une usine du Lot-et-Garonne: "C'est le sujet majeur de ma vie, donc je l'ai toujours repoussé parce que je savais que j'allais tomber dans l'intime", explique-t-il. "Au début, j'ai fait des chansons parce que personne ne m'ayant appris à dire 'je t'aime', je l'ai chanté plutôt que parlé."

"Les gens travaillaient tellement qu'ils n'avaient peut-être pas le temps de s'épancher sur les sentiments", poursuit Francis Cabrel. "Alors ils montraient l'exemple mais ne le disaient pas. Moi-même, j'ai eu du mal à le dire à mes enfants plus tard. Mais j'y suis arrivé."

Comme un clin d'oeil, il passe d'ailleurs le relai à sa fille Aurélie, qui assure les choeurs de cette chanson.

Proche des traditions

À l'aube revenant représente trois ans de travail. Au départ, Francis Cabrel voulait faire un disque sur l'univers troubadour. En subsiste notamment un texte où il chante en occitan: "Jusqu'à ce que je sois adolescent, il y avait encore des gens qui parlaient ce qu'on appelait le patois. Il y a des gens qui l'ont chanté, qui l'ont perpétué, qui l'ont maintenu et je trouve ce combat très noble."

Ancré dans les traditions, Francis Cabrel chante l'amour courtois, déplore le manque de communication de notre époque et reste attaché à son côté artisan de la chanson, dans sa région d'Astaffort (Lot-et-Garonne), où cet album a été enregistré.

Christophe Delay, Philippe Dufreigne, avec Benjamin Pierret