BFMTV

Eurovision: Italie, France, Malte, qui sont les trois favoris du concours

Barbara Pravi, candidate de la France à l'Eurovision, interprète "Voilà" lors d'une répétition, le 19 mai 2021 à Rotterdam, aux Pays-Bas

Barbara Pravi, candidate de la France à l'Eurovision, interprète "Voilà" lors d'une répétition, le 19 mai 2021 à Rotterdam, aux Pays-Bas - Patrick van Emst © 2019 AFP

Une salle, plusieurs ambiances, ce soir à la finale de l'Eurovision. Le trio de favoris, l'Italie, la France et Malte, incarne à merveille l'éclectisme du concours.

Rifs rock, piano-voix, pop vitaminée, à quelques heures de la finale, le trio de favoris de l'Eurovision - selon les bookmakers - incarne bien l'éclectisme du concours.

Les Italiens de Måneskin, qui ont fait une remontée impressionnante, pour détrôner Barbara Pravi de la première place, sont quatre, une fille et trois garçons. Nés avec le siècle et biberonnés aux rifs saturés du rock: le groupe italien Måneskin, qui professe de faire du neuf avec du vieux, caracole en tête des pronostics, suivi par la représentante française.

Souvent comparée à Edith Piaf, Barbara Pravi, 28 ans, pourrait permettre à l'Hexagone de remporter sa première victoire en 44 ans avec son titre Voilà, chanson sur l'affirmation de soi, un morceau à la fois journal intime et carte de visite lancée à un public à conquérir.

"Ce que je trouve formidable c'est que c'est une chanson en français, qui s'inscrit dans une tradition française et que les bookmakers - des gens du monde entier, donc - la mettent très haut dans leur classement", s'est réjoui la chanteuse auprès de l'AFP à quelques jours du grand soir.

Malte pourrait ravir la victoire grâce à Destiny Chukunyere, tout juste âgée de 18 ans, avec sa chanson "Je me casse", qui a déjà attiré l'attention de Sony Music, avec qui elle a signé un contrat en avril. Il faut dire que le morceau est parfaitement taillé pour l'Eurovision: un rythme entraînant entre pop et soul, une mélodie qui colle à l'oreille, un refrain constitué d'une phrase répétée et, en fond, un message émancipateur ("Non, je ne suis pas ta chérie / Non, je ne veux pas de ton argent").

Fidèle à la tradition, l'édition 2021 comporte aussi son lot de chansons détonnantes interprétées par des personnages extravagants, des artistes représentant une minorité ou désireux de transmettre un message au public.

Magali Rangin avec AFP