BFMTV

Crise d'adolescence, complicité, trac: Lou et Lenni-Kim se confient

Lenni-Kim et Lou, les jeunes chanteurs du générique de "Miraculous, les aventures de Ladybug et Chat Noir"

Lenni-Kim et Lou, les jeunes chanteurs du générique de "Miraculous, les aventures de Ladybug et Chat Noir" - TF1

Ils mènent carrière ensemble, avec le dessin animé Miraculous, les aventures de Ladybug et Chat Noir dont ils interprètent le générique mais aussi séparément. Rencontre avec les jeunes artistes Lenni-Kim et Lou.

Il est à peine sorti de l'adolescence. Elle a tout juste quitté l'enfance. Lenni-Kim et Lou, 18 et 15 ans, tous deux révélés par The Voice Kids, chantent ensemble le générique de Miraculous, les aventures de Ladybug et Chat Noir, qui fédèrent les jeunes téléspectateurs sur TF1, Disney Channel et Netflix. Leur nouveau morceau, Ce mur qui nous sépare, publié sur YouTube le 13 septembre dernier, a déjà été vu pas loin de 8 millions de fois. 

Les deux jeunes artistes sont des "bébés TF1". Le jeune Québecois aux allures de Justin Bieber, plus jeune candidat de Danse avec les stars en 2017, au bras de Marie Denigot, avait 13 ans lorsqu'il a participé à The Voice Kids. Et Lou Jean en avait 12, lorsqu'elle a disputé la finale du télé-crochet. Aujourd'hui, la jeune fille à la chevelure botticellienne, tient le rôle de Betty Moreno dans la série maison, Demain nous appartient. Enfin son album Danser sur tes mots - vendu à 100.000 exemplaires et dont la réédition paraît ce 18 novembre, est produit par TF1 Musique.

A cette occasion, les deux jeunes artistes nous parlent de leur relation, de leurs projets, mais aussi de la difficulté de grandir en exerçant un tel métier.

Comment vivez-vous ou avez-vous vécu la période de l'adolescence?

Lenni-Kim: Cela a-t-il été difficile pour moi, parce qu'avec mon boulot, j'avais de nombreux engagements. Mais j'avais plutôt envie de me retrouver tout seul. Je ne savais plus ce que je voulais. Je ne savais plus qui j'étais, ce que j'aimais ou pas, ce que je voulais devenir. Et en même temps on me demandait de faire des choses d'adultes. C'est moi qui voulais faire tout ça, mais ça demande beaucoup de responsabilités. Aujourd'hui ça va beaucoup mieux. 

Lou: Pour moi jusqu'à présent, au collège, ça s'est plutôt bien passé. Après, c'est vrai qu'au lycée c'est un rythme différent. Il faut assurer sur tous les plans. Les gens attendent le meilleur de toi, et ce n'est pas facile de tout assurer, les cours, à la maison, sur la scène... Heureusement, je suis bien entourée. Mes parents sont très à l'écoute.

Lenni-Kim: Moi je n'ai pas vraiment osé leur parler de tous les problèmes que je vivais et les questionnements que j'avais, parce que je ne voulais décevoir personne. Et je me suis mis énormément de pression. Et puis j'ai réalisé que dès qu'on se met à parler, ça fait tellement de bien. 

Lenni-Kim, vous aviez à peine 16 ans quand vous avez participé à Danse avec les Stars. Quel souvenir en gardez-vous?

C'était une belle aventure, une belle expérience. Toute l'équipe, tout le monde était super. Le seul problème, c'est que, on parlait à l'instant de la crise d'adolescence, j'étais en plein dedans. J'étais complètement perdu. En plus de ça, je vivais ma première grande peine d'amour. On me demandait d'être concentré, et je me mettais beaucoup de pression, je voulais qu'on aille en finale. J'étais tout le temps en train de sourire, mais parfois j'allais dans les toilettes et je pleurais.

Vous souvenez-vous de votre première rencontre?

Lou: C'était sur le tournage du clip de Miraculous...

Lenni-Kim: ...Au pied du Pont Alexandre III. 

Lou: On a eu très vite une grande complicité. Et pourtant, on a deux univers différents. 

Lenni-Kim: Mais on a les mêmes passions, la musique, le cinéma. On aime les mêmes artistes, The Weeknd, Stromae. C'est cool qu'on se rejoigne avec Miraculous. C'est mortel de faire des trucs comme ça. 

Avez-vous des projets en commun?

Lenni-Kim: Non pas pour l'instant, mais on pourrait se produire ensemble sur scène, pourquoi pas. Sur deux-trois dates sur nos tournées...

Lou: Quand les gens entendent la musique de Miraculous qui arrive, ils se demandent "est-ce ce qu'il y aura Lenni-Kim?". Ce n'est pas le cas, mais ça serait bien.

Avez-vous parfois le trac avant de monter sur scène?

Lou: Je stresse énormément avant chaque concert. Quelques minutes avant, j'ai envie de décéder! Là ça commence à aller mieux. Le stress ne part pas, mais il y en a moins quand on connaît son show et qu'on sait ce que l'on doit faire. Les musiciens, ça fait énormément. Tu n'es pas seul sur scène. Et puis la scène c'est avant tout un plaisir. Après je me dis "mais pourquoi tu as stressé, ça ne sert à rien!".

Lenni-Kim: Non ce n'est pas vrai que ça sert à rien. J'ai remarqué que quand il y a des show où je suis moins stressé, je trouve que je fais une moins bonne prestation. Quand je ne suis pas stressé avant un spectacle, je stresse parce que je ne suis pas stressé!

En parlant de stress, quel souvenir gardez vous de Fort Boyard?

Lenni-Kim: (il rit) Il y a une fois où je m'étais blessé, j'ai encore la cicatrice (il montre son poignet). Je me suis brûlé sur un tapis roulant. On devait courir, on était deux, on devait prendre des ballons avec des élastiques. Le tapis va vite et on tombait, on tombait. Et tu ne sens pas trop, tu es dans l'adrénaline, tu continue. Et quand tu sors, l'adrénaline redescend et tu commences à sentir. J'étais brûlé, c'était gluant, ils ont dû me mettre un bandage. 

Quels sont vos projets?

Lenni-Kim: En mars 2020, je vais entamer une tournée, à travers la France et l'Europe. Mon EP 18, est déjà sorti, c'est un prélude à l'album complet, qui arrive avant ma tournée. 

Lou: Il y a la réédition de mon album Danser sur tes mots, avec cinq titres en plus. Et ma tournée qui se poursuit. 

Magali Rangin