BFMTV

Michel Sardou "hait cette époque" où "on n'a plus aucune liberté"

Michel Sardou en concert le 12 décembre

Michel Sardou en concert le 12 décembre - Pierre Verdy - AFP

Invité sur RTL ce lundi matin, le chanteur a dit tout le mal qu'il pense du XXIe siècle.

N'envoyez pas de demande d'ajout Facebook à Michel Sardou. Invité ce lundi matin sur RTL, le chanteur et acteur de théâtre s'est lancé dans une longue diatribe contre l'époque actuelle. Fustigeant en vrac les réseaux sociaux, les gilets jaunes et le manque de liberté. 

"Je hais cette époque, je la hais", a ainsi déclaré le chanteur de 72 ans. "Je hais ce siècle, j'aime pas du tout (...) On n'a plus aucune liberté. Rappelez-vous les années 70-80: on fumait, on faisait l'amour, on roulait vite, on pouvait boire, le théâtre marchait, les affaires marchaient... Maintenant tout est des réseaux sociaux ridicules où des gens s'expriment, quelques fois bien mais très souvent c'est des abrutis."

Michel Sardou a enchaîné avec les émissions de débat, qui selon lui sur-analysent chaque prise de parole du président de la République, les limitations de vitesse ("Avant on mettait six heures pour arriver à Marseille, il n'y avait aucun malaise, c'était bien") ou encore les changements dans les rues de Paris ("Les chaussées qui rétrécissent, vous croyez que ça va garantir la sécurité routière? J'ai failli écraser trois trottinettes moi").

"Les gilets jaunes, les gilets rouges, les gilets bleus..."

Le chanteur, qui se produira dès le 12 septembre au théâtre de la Michodière dans N'écoutez pas, Mesdames! de Sacha Guitry, a conclu: "La vie est moins souple, moins détendue que dans les années 80. Le téléphone portable je hais ça, les réseaux sociaux n'en parlons pas. Et les gilets jaunes, et les gilets rouges, et les gilets bleus, et les gilets verts... Merde. Merde. Ça va."

Seuls les animaux trouvent grâce aux yeux du chanteur des Lacs du Connemara: "La seule politique que je pratique, c'est que je fais partie du parti animaliste. Je défends les petites bêtes."

Benjamin Pierret