BFMTV

Le Salon du Livre renforce sa sécurité pour la venue de Nabilla

Nabilla Benattia au côté de son avocat lors de son arrivée au tribunal de Nanterre le 19 mai 2016.

Nabilla Benattia au côté de son avocat lors de son arrivée au tribunal de Nanterre le 19 mai 2016. - Martin Bureau - AFP

Nabilla Benattia est un auteur comme les autres, ou presque. Sa séance de dédicace sur le salon du livre samedi 25 mars, sera pourtant entourée d'un peu plus de sécurité qu'à l'accoutumée.

De nombreux "people" viendront ce week-end dédicacer leur ouvrage sur le Salon du Livre. Mais peu devraient déclencher autant de passion que Nabilla Benattia. L'héroïne de téléréalité, qui a écrit une autobiographie intitulée Trop vite, en collaboration avec Jean-François Kervéan, dédicacera son oeuvre sur le stand de l'éditeur J'ai lu, samedi 25 mars à 18h30.

Sans être vraiment sur les dents, les organisateurs du Salon du Livre ont donc prévu de renforcer le dispositif habituel, prévu pour la venue d'auteurs. Ainsi, un agent de sécurité sera là pour assurer le service d'ordre. Ce qui n'est pas le lot de tous les écrivains. "C'est au cas par cas", indique le service de presse du Salon du Livre, qui confirme l'aspect exceptionnel de cette venue .

Equipe logistique

En effet, il y a fort à parier que "les petits shampoings", surnom que Nabilla donne à ses fans, soient nombreux à vouloir approcher leur idole. Elle leur a d'ailleurs donné rendez-vous, depuis son compte Twitter.

Mais le service presse de la maison d'édition J'ai lu, joint pas BFMTV.com, affiche une grande sérénité: "Nous avons travaillé en collaboration avec l'équipe logistique du salon, qui a l'habitude de gérer ce genre d'événements". 

L'entrée du salon est certes contrôlée et payante - elle coûte 10 euros (ou 6 euros en tarif réduit) - mais les moins de 18 ans, qui constituent une bonne partie du fanclub, bénéficient de la gratuité.

Bousculades, hurlements, malaises

A plusieurs reprises déjà, l'apparition de la starlette a provoqué des mouvements de foules incontrôlés. En 2014, le centre commercial Parinor, en Seinte-Saint-Denis avait sous-estimé l'engouement suscité par Nabilla, venue inaugurer le lancement de sa collection dans une boutique. Il avait alors été difficile de contenir la foule surexcitée massée devant l'entrée. Certaines fans avaient fait un malaise, bousculées par les groupies hystériques. Les magasins alentours avaient dû baisser leur rideau de fer.

Rebelotte en 2016, dans un centre commercial de Besançon, où Nabilla devait dédicacer son livre. Bousculades, hurlements, malaises ont eu raison de la rencontre. Nabilla a finalement dû renoncer à rencontrer ses "petits shampoings" pour des raisons de sécurité.

Magali Rangin