BFMTV

Jonathan Cohen répond aux accusations sur le film "Enorme"

Jonathan Cohen dans "Enorme"

Jonathan Cohen dans "Enorme" - Memento Films

La comédie avec Marine Foïs et Jonathan Cohen, sur un homme qui "fait un enfant dans le dos" de sa compagne, a été accusé de faire la promotion de l’entrave à l’IVG.

"Le film parle de lui-même". Jonathan Cohen a dû défendre mercredi sur Twitter, le film Enorme, accusé de promouvoir l’entrave à l’IVG.

Invités de Quotidien mardi soir pour assurer la promotion du film Enorme, comédie de Sophie Letourneur sur un homme qui "fait un enfant dans le dos" de sa compagne, Marina Foïs et Jonathan Cohen ne s'attendaient à être accusé par la chroniqueuse Maïa Mazaurette de faire la promotion de l’entrave à l’IVG, qui est passible de deux ans de prison.

"Légalement, il n’y a pas de qualification pénale pour la fécondation forcée. Mais il y a entrave à l’IVG, donc deux ans d’emprisonnement et l’amende de 30.000 euros. En vrai, ça se terminerait probablement par un procès civil avec des dommages et intérêts pour le personnage de Jonathan Cohen", a expliqué sur le plateau de Quotidien Maïa Mazaurette devant les deux acteurs, visiblement très surpris.

La séquence est devenue virale dans la journée de mercredi, déchaînant les passions sur les réseaux sociaux. Or, le film, une comédie grinçante tournée avec la crudité d'un documentaire, n'est pas une apologie de l'entrave à l'IVG et questionne avec un humour noir le désir de l'enfant chez l'homme, les pressions que subissent les femmes lors de la grossesse et la manière dont les hommes contrôlent la destinée des femmes.

"Tout le monde va comprendre"

Le film prend d'ailleurs le parti du personnage incarné par Marina Foïs, et a par moments des allures de film d'horreur, grâce au personnage de Jonathan Cohen, futur père qui grossit au fil de la grossesse pour avoir à la fin l'allure d'un Gargantua ou d'un Barbe Bleue. Jonathan Cohen a ainsi répondu aux attaques contre le film en fin de journée en partageant un extrait du film où une avocate charge son personnage pour la gravité de ses actes. "Le film parle de lui-même", s'est-il contenté d'écrire.

Interrogé sur le potentiel polémique du film par Allociné, Marina Foïs avait déclaré avant la sortie: "[Le spectateur] risque de comprendre le message encore mieux que nous, étant donné qu’il va le recevoir. Le film aborde des sujets qui sont tellement contemporains [...] C’est un sujet tellement contemporain que tout le monde va le comprendre, voire en rire."

https://twitter.com/J_Lachasse Jérôme Lachasse Journaliste BFMTV