BFMTV

"Elle m'a envoyé une branche d'olivier": Taylor Swift raconte sa réconciliation avec Katy Perry

Katy Perry et Taylor Swift dans le clip "You need to calm down"

Katy Perry et Taylor Swift dans le clip "You need to calm down" - Capture d'écran

Les fans de la popstar ont été surpris de voir Katy Perry dans le dernier clip de sa supposée rivale, Taylor Swift.

Les fans n'y croyaient plus, et pourtant c'est officiel: les grandes rivales de la pop, Katy Perry et Taylor Swift, se sont réconciliées. 

Lundi, Taylor Swift a dévoilé le clip coloré et LGBT-friendly de You need to calm down, deuxième extrait de son album Lover qui paraîtra le 23 août prochain. Parmi la vingtaine de guest stars (Ryan Reynolds, RuPaul, le casting de Queer Eye, Ellen DeGeneres...), les fans ont été surpris de découvrir Katy Perry, avec qui elle était pourtant en froid depuis déjà plusieurs années. 

Une branche d'olivier

Invitée au micro de la radio britannique Capital, l'interprète de Blank Space s'est expliquée sur leur amitié retrouvée, précisant que cela faisait déjà "un petit moment" qu'il n'y avait plus de rancoeur entre elles - ou, comme elle le chantait elle-même en 2015, de "Bad Blood" (d'animosité).

"Elle m'a envoyé un message gentil avec une branche d'olivier - genre, une vraie branche d'olivier, il y a un petit moment, quand j'ai commencé ma tournée Reputation Stadium Tour. Depuis, nous sommes en bons termes", a commencé Taylor Swift. 

"Nous nous sommes ensuite revues à une fête, nous sommes allées l'une vers l'autre et on s'est pris dans les bras, on a parlé de plein de choses", a poursuivi la chanteuse. "Et puis on s'est revues, on a traîné, on est allées à une autre fête, et c'est comme si j'avais un poids en moins dans ma vie, quand les choses ont commencé à aller vraiment bien entre nous". 

Taylor Swift a précisé que si les choses s'étaient arrangées depuis déjà plusieurs mois entre elles, les deux artistes ont préféré s'assurer que leur relation soit "assez solide" avant d'en parler autour d'elle et d'en informer le public.

Nawal Bonnefoy