BFMTV

Du "Clan des Siciliens" au "Professionnel", quand Ennio Morricone composait pour le cinéma français

Ennio Morricone recevant sa légion d'honneur en 2009

Ennio Morricone recevant sa légion d'honneur en 2009 - Andreas Solara - AFP

Ennio Morricone, connu pour ses musiques pour les films de Sergio Leone ou de Brian de Palma, a beaucoup composé pour le cinéma français.

Le compositeur italien Ennio Morricone, mort ce lundi à 91 ans, a composé quelque 500 musiques pour le cinéma et la télévision. Spécialiste du western spaghetti (Le Bon, la Brute et le Truand), des thrillers (L'Oiseau au plumage de cristal) et des récits épiques (Mission), très prolifique aux États-Unis comme en Italie, il a aussi beaucoup travaillé en France.

Son histoire d'amour avec l'Hexagone démarre à la fin des années 1960. Ennio Morricone, qui vient de percer avec les westerns spaghetti de Sergio Leone, accepte la proposition de Henri Verneuil de signer la musique de La Bataille de San Sebastian, western avec Anthony Quinn et Charles Bronson.

Dix ans avec Henri Verneuil

Auteur de quelques-uns des plus gros succès du cinéma, Henri Verneuil signe des films à grand spectacle qui veulent rivaliser avec Hollywood, comme Cent mille dollars au soleil et Week-end à Zuydcoote. Avec Morricone, il débute en 1967 une collaboration qui durera une dizaine d'années.

Morricone signe en particulier le célébrissime thème musical lancinant du Clan des Siciliens, superproduction qui réunit Alain Delon, Lino Ventura et Jean Gabin en 1969. Suivent ensuite Le Casse (1971), Le Serpent (1973), Peur sur la ville (1975), Le Corps de mon ennemi (1976) et I... comme Icare (1979). Des films d'action ou politiques, le plus souvent avec Yves Montand ou Jean-Paul Belmondo.

Chi Mai, de Bébel à Royal Canin

Henri Verneuil n'est pas le seul réalisateur français à accaparer le compositeur. Celui-ci répond aussi aux sollicitations de Georges Lautner pour Le Professionnel (1981). Tout le monde se souvient de sa musique, Chi Mai, qui accompagne Josselin Beaumont (Belmondo) dans sa mission suicide.

Le morceau, composé en réalité pour le film Maddalena (1971), connaît un regain de succès grâce à Bébel et s'écoule à plus de 900.000 exemplaires en 1981. La musique a depuis été réutilisée par Royal Canin, puis parodiée dans Astérix et Obélix: Mission Cléopâtre.

Souvent employé pour des fictions historiques prestigieuses (La Banquière avec Romy Schneider, En mai, fais ce qu'il te plaît) ou des films à suspense (Sans mobile apparent, Le Marginal, Frantic), Ennio Morricone signe aussi la musique de quelques comédies comme Le Trio infernal (avec Michel Piccoli et Romy Schneider) et La Cage aux folles (1978) avec Michel Serrault et Ugo Tognazzi.

https://twitter.com/J_Lachasse Jérôme Lachasse Journaliste BFMTV