BFMTV

Reboot : Hollywood en panne d'inspiration?

-

- - Twentieth Century Fox

Alors que sort sur les écrans Les 4 Fantastiques, retour sur une tendance qui ne se dément pas aux Etats-Unis : le reboot. Un filon qu’Hollywood n’a pas fini d’épuiser, mais qui reflète un cruel manque d’inspiration.

On prend les mêmes (personnages) et on recommence (à zéro). Tel est le nouveau credo des géants du cinéma américain. Ce phénomène a un nom: le reboot. Et il consiste à proposer une nouvelle version d’un film (qui a marché ou non, peu importe), mais que le public connaît bien. On redémarre donc l’histoire à la base, on garde le même univers, les mêmes ingrédients, mais on change les acteurs et l'intrigue. La méthode a fait ses preuves. Mais Hollywood est-il condamné à ne plus prendre de risque?

Première "victime" du reboot : les super-héros. Superman (d’abord popularisé sous les traits de Christopher Reeves en 1978) a eu droit à deux reboots ces dernières années, Superman Returns avec Brandon Routh en 2006 puis Man of Steel avec Henry Cavill en 2013. Même sort pour Spider-Man qui, après la trilogie de Sam Raimi lancée en 2002, s'est vu offrir un lifting en 2012 avec The Amazing Spider-Man emmené par Andrew Garfield. Mais ce premier reboot n'aura pas suffi.

Déçu par les recettes du deuxième volet des aventures de l’homme-araignée, Sony a déjà commandé un nouveau reboot pour le héros de Marvel. Le comédien Tom Holland, 19 ans, a déjà été choisi pour l’incarner. Les producteurs semblent donc vouloir attirer un public encore plus jeune dans cette énième version des aventures de Peter Parker et ne craignent pas de lasser le public avec ces deux reboots successifs.

Deux reboots en préparation pour... Ghostbusters

Rêvant de reprendre le modèle de la franchise à succès Batman de Christopher Nolan, les studios hollywoodiens proposent désormais des reboots à toutes les sauces. Outre le blockbuster estival Les 4 Fantastiques (peu épargné par les critiques), d’autres reboots ont vu le jour dernièrement et permis de donner une nouvelle vie à de célèbres héros : Hulk, Robocop, The Ryan Initiative, Les Tortues Ninja, Star Trek, La Planète des Singes pour ne citer qu’eux… Même les comédies cultes ont droit à leur reboot désormais. Ghostbuster devrait même en avoir deux, un version féminin en 2016, l’autre version masculin un peu plus tard.

Hollywood serait-il donc définitivement en manque d’inspiration ? Hollywood préfère surtout assurer ses arrières. Remettre au goût du jour les aventures d’un héros connu du monde entier est une valeur sûre et garantit de briller au box-office. Ou en tout cas d’éviter un échec retentissant. Certains déplorent bien sûr ce manque d’audace des géants américains, mais les millions de dollars récoltés au box-office mondial prouvent malgré tout que le public est demandeur et aime retrouver dans les salles obscures des héros qu'il affectionne.

A l'instar des prequels, remakes et autres suites, les reboots sont aussi le symbole d'un cinéma américain qui tente depuis quelques années à ne pas subir la crise. Pour la surmonter, les films à gros budgets sont les meilleures armes des studios américains. Comme l'explique Denis Rossano dans L'Express : "En dépit des dépenses (de 150 à 200 millions de dollars de budget minimum) et des risques d'échec, il est plus rentable, pour les studios, de monter de tels projets plutôt que de modestes productions. Quand ils marchent, ces mégafilms rapportent plus d'argent et plus vite." Les super-héros n'ont pas fini d'envahir le grand écran...

Fabien Morin