BFMTV

Le Secret de la potion magique, un Astérix dont Astérix n'est pas le héros

Astérix: le secret de la potion magique

Astérix: le secret de la potion magique - Copyright SND

Le duo composé de Louis Clichy et Alexandre Astier se reforme pour une histoire originale signée de la plume du créateur de Kaamelott.

La difficulté, lorsqu'il s'agit d'adapter Astérix en dessin animé, est de reproduire fidèlement le style "gros nez" d'Albert Uderzo. En 3D, cette tâche est quasiment impossible. Louis Clichy, co-réalisateur avec Alexandre Astier du Domaine des dieux en 2014, en a fait les frais lors de la production de leur nouveau film, Astérix: le Secret de la potion magique, en salles ce mercredi 5 décembre.

"Ce n’est pas évident, car la 3D nous amène vers du réalisme, vers du détail, là où Uderzo a fait une boule à la place du nez. Ça peut donc rendre quelque chose d’assez vilain et de visqueux si on ne fait pas un peu gaffe", explique à BFMTV.com Louis Clichy. A en juger d'après l'affiche, où Astérix et Obélix se livrent nez contre nez à une saine colère, l'ex-animateur de Pixar (Là-haut, Wall-E) a réussi l'exercice haut la main.

Affiches d'Astérix d'Astier et Clichy
Affiches d'Astérix d'Astier et Clichy © SND

Une histoire dont Astérix n'est pas le héros

Il faut dire qu'il avait d'autres sangliers à fouetter sur ce long-métrage. Pour la première fois en presque soixante ans, quelqu'un d'autre que René Goscinny et Albert Uderzo a imaginé une histoire inédite d'Astérix. Ce quelqu'un d'autre est bien entendu Alexandre Astier, le maître d'œuvre de la série Kaamelott qui a accepté de rempiler après le succès du Domaine des Dieux (trois millions d'entrées) à la condition sine qua non qu'il puisse écrire sa propre histoire. 

Ce récit, dont Astérix n'est pas le héros, s'intéresse au druide Panoramix. Blessé lors de la cueillette du gui, le druide se lance, avec Astérix, Obélix et une gamine au faux air de Fifi Brindacier, à la recherche d'un successeur à qui il pourrait transmettre la recette de la potion magique. En chemin, ils devront affronter un rival de Panoramix, un certain Sulfurix, qui a lui des faux airs du Devin. Certains éléments de cette histoire ont donné du fil à retordre à Clichy et Astier:

"On a beaucoup travaillé sur l’arc de Panoramix et sa jeunesse. On a aussi énormément travaillé le personnage d’Astérix, qui était peu présent au départ. Astérix a un rôle de chœur grec dans une pièce antique. C’est lui qui est stupéfait en premier quand Panoramix prend sa décision. C’est lui qui fait la gueule après, parce qu’il pense que le choix est mauvais, etc. L'idée était de le mettre dans une situation assez proche de celle du spectateur tout au long du film."

"Un dessin animé grossier, c’est très violent"

Connu pour ses dialogues truculents et fleuris, Alexandre Astier s'est assagi: "C'est un réflexe pas du tout calculé", confie-t-il. "Parce que, déjà, un dessin animé grossier, c’est très violent. Je ne sais pas pourquoi. Comme les personnages sont rêvés, avec des formes complètement oniriques, si le mec dit un 'merde', c’est 100 fois plus lourd que dans un [film] live. En plus, j’associe Astérix à l’enfance." Il n'y aura donc pas de "pécores", comme dans Kaamelott, mais des "sourdingues", des "crétins" et des "imbéciles". 

Comme il l'a montré en début d'année avec le tome 8 de la BD Kaamelott, Alexandre Astier n'hésite pas à mettre en scène quelques séquences silencieuses. Le Secret de la potion magique s'ouvre ainsi sur une scène muette avec un groupe de sangliers burlesques ("on ne voulait pas les réduire à un rôle de gibier, mais en faire des personnages très ludiques") et rythmée sur... You Spin Me Round (Like a Record), le tube pop de Dead or Alive. Un décalage musical qui rappelle l'utilisation d'I Feel Good de James Brown dans Mission Cléopâtre d'Alain Chabat.

"La première partie du film était assez grave avec la chute de Panoramix", explique Louis Clichy. "J’ai eu envie de casser le rythme et de faire un générique dans l'esprit de Panoramix. On a énormément bataillé pour savoir quelle musique mettre. Je voulais le générique de l'émission Gym Tonic, mais c'était de la musique témoin. On a hésité avec Wham! aussi, mais Alexandre n'aime pas. On a aussi évoqué Pump Up The Jam de Technotronic..."

Astérix
Astérix © SND

Astérix: Le Secret de la potion magique convoque, outre les habitants du village du gaulois (Assurancetourix, Cétautomatix, Ordralfabétix...), plusieurs personnages secondaires de la série, dont l'excellent Aplusbégalix, chef du village gallo-romain de Sérum qui défie Abraracourcix dans Le Combat des chefs". Louis Clichy raconte s'être aussi inspiré d'Astérix chez les Goths pour les scènes qui se déroulent dans la forêt des Carnutes. 

"Roger Carel ne se remplace pas"

Les fans retrouveront l'univers de Goscinny et Uderzo, à un détail près: Roger Carel, la voix historique d'Astérix depuis 1967, a pris sa retraite. "Quand il est venu faire Le Domaine des Dieux, Carel ne devait déjà plus bosser", précise Astier. "Il l’a fait pour son pote Uderzo. Je pense qu’il était aussi curieux de voir ce que cela pouvait donner." 

Roger Carel a été remplacé par Christian Clavier, déjà interprète du gaulois moustachu dans Astérix et Obélix contre César et Mission Cléopâtre. Un choix qui a pu faire polémique chez les amateurs: "Je sais qu’il y a des gens qui me reprochent de ne pas avoir repris Jean-Claude Donda, qui remplace et imite Carel", dit Astier. "Pour moi, avec tout le respect que je dois à Donda, Carel ne se remplace pas. Il faut un acteur et puis c’est tout". Il précise:

"Sur Astérix, il n’y a pas de doublage. On crée le rôle sans image. On est en studio et on crée le rôle. C’est un acteur qu’il me faut. Ce n’est pas des acteurs 'spécialistes du doublage' - si tenté qu’un tel truc existe d’ailleurs, parce qu’au bout d’un moment, ce n’est pas très flatteur de penser qu’ils ne peuvent faire qu’un truc. Outre le fait que Clavier l’a déjà fait au cinéma, je trouve qu'il est parfait pour jouer Astérix."

Et le spectateur prend beaucoup de plaisir à retrouver la voix de la star des Visiteurs. Un rôle de râleur qui correspond parfaitement à cet héritier de Louis de Funès.

Jérôme Lachasse