BFMTV

La Société des auteurs, réalisateurs et producteurs propose la suspension de Roman Polanski

Roman Polanski

Roman Polanski - AFP

Pour que cette suspension soit effective, il faut cependant modifier les statuts de l'association en Assemblée générale. Or, la prochaine AG de l'ARP n'est prévue qu'au printemps 2020.

La Société civile des Auteurs Réalisateurs Producteurs (ARP), qui réunit plus de 200 cinéastes, a indiqué, ce lundi, qu'elle pourrait suspendre de ses rangs le réalisateur Roman Polanski. Dans un communiqué, l'organisation a affirmé soutenir "avec force toutes les victimes de violences" et a expliqué avoir décidé "aujourd’hui de prendre un engagement fort afin de soutenir le combat pour le droit des victimes, notamment d’agressions sexuelles".

Le Conseil d'administration de l'ARP a ainsi voté la mise en place de nouvelles procédures de suspension pour tout membre mis en examen par la justice, et d’exclusion pour tout membre condamné, notamment pour des infractions de nature sexuelle. 

"Ce changement de statut sera proposé aux membres et définitivement voté lors de la prochaine Assemblée générale. Cette suspension concernerait Roman Polanski, dont l’information judiciaire est toujours ouverte aux Etats-Unis et pour laquelle il a fait l’objet d’une mise en examen", a indiqué l'ARP.

Si l'ARP considère ne pas être "une directrice de conscience, qui s’arrogerait le droit de dire aux spectateurs les œuvres à voir ou ne pas voir" ou "un tribunal ou une tribune médiatique désignant un artiste à la vindicte populaire et numérique", elle souligne que "le secteur doit conduire un examen introspectif, et mener des actions fortes pour prévenir ces actes graves et accompagner les victimes dans leur démarche".

Une nouvelle accusation contre Polanski

La décision de l'ARP intervient quelques jours après la sortie du nouveau film de Roman Polanski, marquée par la publication dans Le Parisien d'une nouvelle accusation de violences sexuelles contre le réalisateur. La photographe Valentine Monnier a ainsi assuré que le réalisateur l'a rouée de coups et violée à Gstaad en 1975.

Le cinéaste, accusé par cinq femmes au total, nie les faits. Selon le parquet du canton de Berne, dont dépend Gstaad, ces faits présumés sont prescrits. Roman Polanski n'est pas menacé par une exclusion potentielle de l'ARP. En revanche, si la proposition est validée par l'Assemblée générale, au printemps prochain, elle ouvrirait la voie à une suspension. Selon l'Agence France-Presse (AFP), Roman Polanski a, en effet, fui les États-Unis en 1978 et est toujours sous le coup de poursuites pour relations sexuelles illégales avec une mineure. 

Le monde du cinéma a également été récemment marqué par le fort témoignage de l'actrice Adèle Haenel à l'encontre du réalisateur Christophe Ruggia, qu'elle accuse d'attouchements et de harcèlement sexuel quand elle était mineure.

Clément Boutin