BFMTV

La Société des auteurs, réalisateurs et producteurs souhaite exclure "tout membre condamné par la justice pour infraction sexuelle"

Le tapis rouge du Festival de Cannes -

Le tapis rouge du Festival de Cannes - - Antonin Thuilllier - AFP

La Société civile des auteurs, réalisateurs et producteurs annonce qu'elle débattra de nouvelles mesures destinées à exclure tout membre condamné pour des faits de violences sexuelles.

Alors que les violences sexuelles dans le milieu du cinéma sont à nouveau au coeur du débat, les cinéastes de la Société civile des auteurs, réalisateurs et producteurs (ARP) prennent position. Dans un communiqué publié ce mardi, ils annoncent prévoir des mesures afin d'exclure tout membre que la justice aurait condamné et suspendre tout membre qui serait mis en examen:

"Le bureau de L'ARP proposera au prochain conseil d'administration que, désormais, tout membre condamné par la justice pour infraction de nature sexuelle soit exclu et que tout membre mis en examen pour la même raison soit suspendu."

Le conseil d'administration, rassemblant une vingtaine de personnes, se réunira lundi pour débattre de cette proposition. L'ARP assure également qu'elle "soutient avec force toutes les victimes de violences morales et sexuelles" et que les "excès répréhensibles (...) ne peuvent en aucun cas être justifiés ni tolérés". 

Le cinéma face à plusieurs accusations

Cette décision intervient alors que l'actualité cinématographique est marquée par deux accusations de violences sexuelles: celle de l'actrice Adèle Haenel à l'encontre du réalisateur Christophe Ruggia, et celle de la photographe française Valentine Monnier face à Roman Polanski. Elle assure que le réalisateur l'a rouée de coups et violée, à Gstaad, en 1975. 

Le cinéaste, accusé par cinq femmes au total, nie. Selon le parquet du canton de Berne, dont dépend Gstaad, ces faits présumés sont prescrits. Roman Polanski n'est donc pas menacé par une exclusion potentielle de l'ARP. En revanche, si la proposition est validée par le conseil d'administration, elle ouvrirait la voie à une suspension, selon l'AFP: Roman Polanski a fui les États-Unis en 1978 et est toujours sous le coup de poursuites pour relations sexuelles illégales avec une mineure. Cette procédure étant "en cours", il pourrait être "suspendu", a précisé son président Pierre Jolivet à l'AFP. 

"On considère que c'est un moment assez grave pour que notre conseil d'administration s'exprime pleinement", a-t-il ajouté. 

Christophe Ruggia, quant à lui, a été radié de la Société des réalisateurs lundi 4 novembre, quelques jours après la prise de parole d'Adèle Haenel dans une enquête de Mediapart. Il nie toute agression mais reconnaît une "erreur". L'actrice n'a pas porté plainte, mais le parquet de Paris a annoncé avoir ouvert une enquête préliminaire pour "agressions sexuelles" sur mineure de moins de 15 ans "par personne ayant autorité" et "harcèlement sexuel", selon l'AFP. 

Benjamin Pierret