BFMTV

César 2020: Adèle Haenel évoque ce qui l'a poussée à quitter la salle

Adèle Haenel quitte la cérémonie des César après le prix du meilleur réalisateur attribué à Roman Polanski

Adèle Haenel quitte la cérémonie des César après le prix du meilleur réalisateur attribué à Roman Polanski - Canal +

Moins d'une semaine après la 45e cérémonie des César, Adèle Haenel revient sur son geste.

Adèle Haenel est revenue ce jeudi dans les colonnes de Paris Match sur son départ lors de la 45e cérémonie des César, après l'annonce du César de la meilleure réalisation attribué à Roman Polanski. L'actrice a expliqué ce qui l'a réellement poussé à se lever brusquement:

"J’étais énervée mais je n’aurais pas pété les plombs s’il n’y avait pas eu ce mec derrière moi qui a crié 'Vive Polanski' quand il a gagné. Ça a été l’élément déclencheur et je me suis levée."

"Cracher au visage de toutes les victimes"

Adèle Haenel s'est alors indignée: 'C'est la honte'. Ce à quoi la réalisatrice Céline Sciamma a répondu: 'Viens on se casse'. Et le duo de Portrait d'une jeune fille en feu a quitté la salle. "La honte", a ensuite lancé Adèle Haenel en partant, suivie par la réalisatrice et quelques autres personnes. Puis, dans les couloirs de la salle Pleyel, l'actrice a déclaré en tapant dans ses mains: "Vive la pédophilie".

S'exprimant le lendemain dans Mediapart, la comédienne avait expliqué "Ils pensent défendre la liberté d’expression, en réalité ils défendent leur monopole de la parole. Ce qu’ils ont fait hier soir, c’est nous renvoyer au silence, nous imposer l'obligation de nous taire".

Symbole d'un nouvel élan de #MeToo en France depuis qu'elle a accusé en novembre le réalisateur Christophe Ruggia d'"attouchements répétés" quand elle était adolescente, Adèle Haenels a voulu dénoncer le soutien dont continue de bénéficier Roman Polanski, accusé à de multiples reprises de viols. Adèle Haenel avait estimé dans une interview au New York Times que "distinguer Polanski, c'est cracher au visage de toutes les victimes".

Jérôme Lachasse