BFMTV

Bernardo Bertolucci, le réalisateur du Dernier Tango à Paris, est mort

Bernardo Bertolucci

Bernardo Bertolucci - Tiziana Fabi / AFP

Connu pour 1900 ou Le Dernier Empereur, le réalisateur italien est mort ce lundi à l'âge de 77 ans. Une polémique liée au Dernier Tango à Paris a terni sa carrière.

Dernier tango pour Bernardo Bertolucci. Le réalisateur italien, connu pour Le Dernier Tango à Paris et 1900, est mort ce lundi 26 novembre à l'âge de 77 ans, rapporte La Repubblica. Il avait remporté l'Oscar du meilleur réalisateur en 1988 pour Le Dernier Empereur.

Célèbre pour ses films explorant les zones sombres de l'Histoire, il était revenu dans l'actualité en 2016 à cause de la scène du viol de Maria Schneider par Marlon Brando dans Le Dernier Tango à Paris. Tournée sans le consentement de son actrice principale, la séquence avait marqué les esprits et assuré le succès de ce drame entre un quinquagénaire et une jeune femme. En 2013, le réalisateur avait admis avoir planifié la fameuse séquence avec Marlon Brando.

Cette scène, qui a marqué à jamais Maria Schneider, comme le rappelait la journaliste Vanessa Schneider dans le récent Tu t'appelais Maria Schneider, a récemment terni la carrière de Bertolucci, pourtant jalonnée de réussites éclatantes comme Le Conformiste, 1900 et Le Dernier Empereur.

Co-scénariste d'Il était une fois dans l'Ouest

Né en 1941 dans la région de Parme, il commence sa carrière en 1961 sur Accattone de Pier Paolo Pasolini. Il passe derrière la caméra en 1962 avec Les Recrues, puis prolonge l'essai en 1964 avec Prima della rivoluzione, une relecture de La Chartreuse de Parme qui impressionna beaucoup à l'époque. En 1968, il participe à Il était une fois dans l'Ouest de Sergio Leone, dont il est le co-scénariste avec Dario Argento.

Suivent des films politiques, très marqués par le contexte des années de plombs, comme Le Conformiste (1970). Adapté d'Alberto Moravia, ce drame situé dans l'entre-deux-guerres raconte le parcours d'un professeur de philosophie joué par Jean-Louis Trintignant qui se laisse séduire par le fascisme. Le Dernier Tango à Paris, sorti en 1972 en pleine libération sexuelle, provoque une immense polémique, autant dans la presse que dans les salles.

Ce succès permet à Bernardo Bertolucci d'enchaîner avec une ambitieuse fresque historique, 1900. Portée par Robert De Niro, Gérard Depardieu, Dominique Sanda, Donald Sutherland et Burt Lancaster, cette épopée de quatre heures raconte à travers le destin de deux hommes nés le même jour, un siècle de lutte des classes dans la riche plaine du Pô. Longtemps indisponible, 1900 ressort chez Wild Side en version restaurée.

9 oscars

Comme de nombreux cinéastes européens (Milos Forman, Jean-Jacques Annaud), Bernardo Bertolucci se lance dans les années 1980 dans de grandes fresques en langue anglaise. Il rencontre un succès faramineux avec Le Dernier empereur, biopic de Puyi. Premier film occidental tourné à la Cité interdite, le long-métrage étonne par sa variété de décors et de costumes, son souffle romanesque et la musique de Ryuichi Sakamoto. Le Dernier empereur reçoit en 1988 neuf Oscars dont celui du meilleur film et du meilleur réalisateur. 

Bertolucci poursuit son exploration de l'Orient en 1993 avec Little Buddha, où il dirige un jeune Keanu Reeves. Entre-temps, en 1990, il a sorti une envoûtante adaptation d'Un thé au Sahara de Paul Bowles avec John Malkovich et Debra Winger. Les années 1990 sont cependant moins glorieuses que les années 1970 et 1980 et marquées par des films un peu oubliés comme Beauté volée avec Liv Tyler.

En 2003, Bertolucci fait son grand retour avec Innocents: The Dreamers, une évocation de Mai 68 qui révèle Louis Garrel et Eva Green. Absent pendant presque une décennie, à cause de problèmes de santé, il sort en 2012 un dernier film, Io e Te, récit de deux adolescents qui découvrent des secrets de famille. 

Jérôme Lachasse