BFMTV

Asia Argento revient sur l'affaire Weinstein: "tant qu’il ne sera pas en prison, j’aurai peur de cet homme"

BFMTV

La comédienne et réalisatrice italienne évoque dans les colonnes du Monde ce mercredi ce que lui inspire le mouvement #metoo aujourd'hui.

Elle a été l'une des premières accusatrices qui ont permis de faire tomber le producteur Harvey Weinstein. L'actrice et réalisatrice Asia Argento s'exprime dans les colonnes du Monde ce mercredi, sur l'affaire Weinstein et sur le mouvement #metoo. 

Sur Weinstein, qui l'a, selon ses dires, violée en 1997, lorsqu'elle avait 21 ans, elle assure: "tant qu’il ne sera pas en prison, j’aurai peur de cet homme". Et oscille entre le sentiment d'avoir "bien fait de parler" et les regrets de s'être "laissée embarquer dans cette galère".

"Produit hollywoodien"

Egérie du mouvement #metoo à ses débuts, en octobre 2017, elle a depuis été accusée par un homme, Jimmy Bennett de l'avoir agressé sexuellement alors qu'il était encore mineur, et pris ses distances avec le mouvement qu'elle qualifie aujourd'hui de "produit hollywoodien".

"Au départ, il s’agissait de dénoncer de graves abus de pouvoir, explique-t-elle au Monde. Avec le temps, cet ancrage militant s’est dilapidé. #metoo est devenu un produit hollywoodien, quelque chose d’abêtissant, d’un peu feint et bigot: un badge, une tenue de soirée, et basta. La démocratie-chrétienne dans toute sa splendeur."

Le procès de l'ancien producteur déchu se déroule actuellement à New York. Au total, plus de 80 femmes, parmi lesquelles des vedettes comme Angelina Jolie, Gwyneth Paltrow ou Léa Seydoux, ont accusé Harvey Weinstein de harcèlement et d'agressions sexuelles depuis octobre 2017. Mais la plupart des faits sont anciens et prescrits. 

Magali Rangin