BFM Paris Île-de-France
Paris Île-de-France

Yvelines: la taxe foncière grimpe de plus de 30% pour certains propriétaires

Les avis de taxe foncière arrivent dans les boîtes aux lettres avec une mauvaise surprise pour de nombreux propriétaires des Yvelines.

De 1070 à 1286 euros à payer d'ici le 22 octobre. Comme Miguel Lima, un habitant les Yvelines rencontré par BFM Paris Île-de-France, de nombreux propriétaires immobiliers voilent leur taxe foncière grimper cette année dans le département.

"On se serre la ceinture"

Miguel Lima s'attendait plutôt "à une hausse équivalente à 5%" alors qu'il y a 20 ans, ce propriétaire déboursait moins de 600 euros pour la taxe foncière. Pour faire face à cette augmentation inattendue, Miguel Lima va faire des économies sur des travaux qu'il avait prévus. "On se serre la ceinture", déplore le propriétaire.

Les communes se défendent face à ces critiques de la part des contribuables. À Achères, où la taxe foncière augmente de 30%, il s'agit de financer plusieurs investissements dans la commune. 2,4 millions d'euros supplémentaires seront ainsi collectés.

"On est en train de construire une nouvelle école [...] on a un plan aussi de réfection de l'ensemble nos écoles dans lequel on souhaite investir", explique François Dazelle, adjoint au maire d'Achères en charge de la stratégie financière.

Dans les 72 autres communes de la communauté d'agglomération Grand Paris Seine & Oise, la taxe foncière grimpe aussi à la suite d'une décision de la collectivité datant de février dernier. Pour la première fois cette année, un prélèvement de 6% est appliqué aux propriétaires, en plus de la taxe payée habituellement auprès de la commune. Il s'agit pour la communauté d'agglomération de récupérer plus de 40 millions d'euros de finances.

L'inflation entre en jeu

Ces taux s'appliquent tous sur le montant dit "de base", qui correspond à la moitié du loyer annuel du bien. Ce montant, calculé par le service des impôts est lui aussi, en hausse cette année compte tenu de l'inflation.

"Les valeurs locatives ont été majorées de 3,4%", indique Frédéric Zumbiehl, juriste à l'Union nationale de la propriété immobilière alors que l'année précédente, l'augmentation n'était que de 0,2%. "C'est le coefficient de revalorisation des valeurs locatives depuis 1989", ajoute-t-il.

Pour répondre aux interrogations des habitants, la ville d'Achères va organiser une session de questions-réponses sur sa page Facebook le 7 octobre prochain avec le maire.

Chloé Berthod et Maimouna Barry avec Amaury Tremblay