BFM Paris

Paris: le réaménagement des abords de la Tour Eiffel voté, l'opposition fulmine

Si la mairie défend un investissement nécessaire pour végétaliser et piétonniser la capitale, les élus du 7e, 15 et 16e arrondissement estiment que le projet n'est pas prioritaire et déplorent la réévaluation du coût des travaux.

C'est désormais acté: les abords de la Tour Eiffel vont changer de visage. Le Conseil de Paris a voté ce mercredi le projet de réaménagement du périmètre allant du Trocadéro à l'École militaire. Un projet qui fait la part belle à la végétalisation et à la piétonnisation, dont l'échéance est prévue pour 2024.

Le vote du plan de réaménagement ne s'est toutefois pas fait sans contestation de la part de l'opposition. Les critiques émanent essentiellement des maires du 7e, 15e et 16e arrondissement. Ces derniers fustigent les surcoûts d'un projet d'abord estimé à 72 millions d'euros, avant d'être porté à 107 millions d'euros.

Du fait de la crise sanitaire, "nous sommes en très grande difficulté financière", a lancé Philippe Goujon, maire du 15e arrondissement, à notre micro. Pour l'élu, le projet n'est pas de l'ordre de la priorité et ses financements devraient être fléchés vers d'autres structures. "Nous avons beaucoup d'équipements publics de proximité qui sont vétustes, a-t-il argué. Nous n'avons pas suffisamment d'équipements publics, de crèches, de gymnases, d'équipements sportifs. Voilà les priorités pour les Parisiens."

"C'est un site historique"

"Il y a des aléas, parfois à la baisse, parfois à la hausse, sur les chantiers, a rétorqué Emmanuel Grégoire, Premier adjoint à la mairie de Paris. La Tour Eiffel, c'est un site historique. C'est la raison principale pour laquelle les touristes viennent à Paris. C'est un site qui mérite notre mobilisation, qui mérite les investissements nécessaires pour en faire un site phare des 20 ou 50 prochaines années à Paris."

Un problème technique est venu s'ajouter à cet échange d'arguments. Alors qu'une seule voix séparait les deux camps ce mercredi matin, l'opposition a fait état de dysfonctionnements du vote électronique - de nombreux élus ayant assisté au Conseil à distance - et a demandé un nouveau scrutin dans l'après-midi. Ce dernier a confirmé la victoire du "oui" au projet de réaménagement des abords de la Tour Eiffel.

Les travaux commenceront fin 2021 et s'achèveront au quatrième trimestre de l'année 2024. La Tour Eiffel et le Champ de Mars resteront toutefois accessibles pendant les travaux.

Florian Bouhot Journaliste BFM Régions