BFM Paris

Paris: le parvis de l'Hôtel de ville occupé par des exilés sans-abris

La police évacue des tentes de migrants installées sur le parvis de l'hôtel de ville de Paris le 1er septembre 2020.

La police évacue des tentes de migrants installées sur le parvis de l'hôtel de ville de Paris le 1er septembre 2020. - Thomas COEX © 2019 AFP

L'association Utopia 56 a organisé une manifestation devant la mairie de Paris ce jeudi pour alerter sur la situation des personnes sans-abri.

De nouvelles tentes installées sur le parvis de l'Hôtel de ville de Paris. À l'appel de l'association Utopia 56, environ 150 personnes sans-abri manifestaient ce jeudi devant la mairie centrale de la capitale pour réclamer un hébergement pérenne, a appris BFMTV de sources concordantes.

"L'objectif, c'est d'obtenir des places d'hébergement pour ces personnes qui sont à la rue depuis plusieurs semaines", a expliqué à l'AFP Kerill Theurillat, coordinateur d'Utopia 56 à Paris.

"Notre réseau d'hébergement solidaire est submergé depuis plusieurs semaines avec plus d'une centaine de personnes à prendre en charge chaque soir. C'est vraiment une urgence", a ajouté le militant associatif avant d'être mis à l'écart du rassemblement par la police avec d'autres bénévoles.

Une nouvelle action coup de poing

Comme à plusieurs reprises ces derniers mois, l'association Utopia 56 a décidé d'occuper la place de l'Hôtel de Ville en y installant plusieurs dizaines de tentes.

En juillet dernier, avec le collectif Réquisitions, qui souhaite rendre visibles ces exilés à la rue et dont fait partie Utopia 56, 600 sans-abri s'étaient installés sur la très chic place des Vosges. En septembre, 1.200 personnes, essentiellement des migrants, avaient campé aux abords de la préfecture d'Île-de-France.

"On réclame que la préfecture accorde des places d'hébergement à ces personnes", déclare à l'AFP Pierre Mathurin, également coordinateur de l'association à Paris, qui souligne les "situations de vulnérabilité" vécues par les migrants présents jeudi à Paris.

Les forces de l'ordre ont été appelées pour empêcher "l'installation de ce campement illicite en plein cœur de Paris", a indiqué sur son compte Twitter la préfecture de police.

La préfecture de la région Ile-de-France a fait savoir dans la soirée que "120 personnes, toutes en famille, ont été prises en charge" jeudi. "Elles s'ajoutent aux 128 personnes mises à l'abri la veille" mercredi, a ajouté la préfecture. Après évaluation de leur situation, elles doivent être "ré-orientées vers des hébergements adaptés", selon un communiqué.

Benjamin Rieth avec l'AFP