BFMTV

L'hiver à venir sera-t-il le plus froid depuis 30 ans? Pourquoi il est encore trop tôt pour l'affirmer

Le froid revient sur la France dès ce mercredi. - Justin Tallis - AFP

Le froid revient sur la France dès ce mercredi. - Justin Tallis - AFP - -

Une étude britannique laissant entendre que l'hiver prochain serait extrêmement rigoureux a été publiée à la fin de l'été. Mais les experts de Météo-France appellent à la patience, d'autant que ces données ne concernent pas l'Hexagone.

L'hiver à venir sera-t-il le plus froid que l'on ait connu depuis trente ans? Plusieurs médias ont affirmé que la saison s'annoncerait extrêmement rude, en s'appuyant sur une étude britannique publiée à la fin de l'été. En réalité, il est beaucoup trop tôt pour le dire, assure Météo-France.

Le service de prévisions météorologiques a publié ce vendredi un décryptage, réalisé par le climatologue de l'institut Jean-Michel Soubeyroux et la chercheuse de Météo France au Centre national de recherches météorologiques (CNRM) Lauriane Batté afin de faire le point sur ce "serpent de mer" qui revient chaque année "en début d'automne".

Pour commencer, l'étude largement citée dans la presse "ne concerne pas la France mais le Royaume-Uni. Et, si elle évoque de grandes tendances pour les températures, elle ne parle pas d'hiver le plus froid jamais connu", indique l'institut météorologique. 

Ne pas confondre tendances et prévisions

Ainsi, s'il est possible d'identifier de grandes tendances qui se dégagent, "les prévisions météorologiques ont une anticipation maximum de 10 à 15 jours", poursuit Météo France.

Des tendances saisonnières existent bien. Mais pour l'instant, d'après ces dernières, les températures à venir, entre les mois d'octobre et décembre, ne devraient pas être plus froides que les moyennes saisonnières observées les autres années. Au contraire.

"Les modèles de prévisions saisonnières s'accordent sur des conditions qui devraient être plus chaudes que la normale sur une grande partie ouest de l'Europe, dont la France." 

Pour les grandes tendances des prochains mois, contrairement aux prévisions météorologiques des jours à venir, "l'information n'est pas détaillée ni chiffrée, mais présentée sous forme de prévisions probabilistes qui renseignent sur les tendances". Ces dernières se révèlent peu fiables au-delà de trois mois. Patience, il faudra donc attendre le mois de novembre pour avoir une visibilité sur les températures hivernales.

Clarisse Martin