BFMTV
Météo

Crue de la Seine: 250 tonnes de déchets retenus par une écluse dans les Yvelines

Depuis le début de la crue il y a deux semaines, des déchets en tout genre s'accumulent au niveau de la dernière écluse de la région parisienne, située à Méricourt dans les Yvelines.

A Méricourt, l'eau de la Seine n'est même plus visible. Elle est masquée par près de 250 tonnes d’ordures accumulés sur la surface, selon nos informations.

Deux semaines après le début de la crue, des détritus divers et variés, charriés par le courant, ont fini par former un amas d’immondices de près de 8.000 m² et 80 cm de hauteur au niveau du dernier barrage d'Île-de-France, avant la Normandie.

Pour Philippe Geslan, édile de la commune de presque 400 habitants, c’en est trop. "Ce n’est même plus une mer de déchets, mais une terre de déchets, tellement on ne voit plus l’eau", déplore-t-il sur Franceinfo.

L'élu sans-étiquette dénonce "des salopards qui ne cessent de jeter des déchets dans la Seine. C'est quand même désolant de voir ça au XXIe siècle!"

Une opération de nettoyage estimée entre 150.000 et 200.000 euros

Face à ce monstre de bois, de ferraille et de plastique, les habitants craignent pour leur santé. Mais pas question pour les élus de Méricourt et des villes avoisinantes d’ouvrir les écluses avant que les immondices ne soient ramassées.

"Sinon, on va retrouver tous ces déchets sur nos berges", prévient Philippe Geslan dans Le Parisien. Je connais bien le problème: cela fait dix ans qu’on se bat contre ça!"

Une opération de nettoyage doit avoir lieu en début de semaine prochaine, en fonction de l’évolution de la décrue. Pour déblayer la Seine, Voies navigables de France (VNF), gestionnaire de cette écluse, va faire intervenir une barge munie "d’un genre de gros aspirateur" chargé d’avaler les déchets. Le directeur adjoint du bassin de la Seine Jérôme Meyer a précisé à Franceinfo que "l'opération devrait prendre entre un et trois jours".

Le coût du nettoyage, estimé entre 150.000 et 200.000 euros, tient compte du traitement a posteriori des déchets qui devront être enfouis. 

Hervine Mahaud