BFMTV

Vers une évacuation des civils de Homs sous l'égide du CICR

Colonne de fumée au-dessus d'un quartier de Homs, mardi. Le Comité international de la Croix-Rouge prépare l'évacuation de personnes blessées et de civils bloqués à Homs, ville du centre de la Syrie et l'un des bastions de l'insurrection contre le régime

Colonne de fumée au-dessus d'un quartier de Homs, mardi. Le Comité international de la Croix-Rouge prépare l'évacuation de personnes blessées et de civils bloqués à Homs, ville du centre de la Syrie et l'un des bastions de l'insurrection contre le régime - -

GENEVE (Reuters) - Le Comité international de la Croix-Rouge a annoncé mercredi préparer l'évacuation de personnes blessées et de civils bloqués à...

GENEVE (Reuters) - Le Comité international de la Croix-Rouge a annoncé mercredi préparer l'évacuation de personnes blessées et de civils bloqués à Homs, ville du centre de la Syrie et l'un des bastions de l'insurrection contre le régime du président Bachar al Assad.

Le CICR, qui en a fait la demande mardi auprès du gouvernement de Damas et des groupes d'opposition, a indiqué avoir obtenu leur accord pour faire une pause dans les combats.

"Nous disposons dans la ville de Homs d'équipes du CICR et du Croissant-Rouge arabe syrien (Cras). Nous souhaitons commencer dès que possible. Nous sommes en train de mettre la dernière main aux questions techniques et aux contacts sur le terrain", a déclaré à Reuters le porte-parole du Comité, Hicham Hassan.

Homs est l'un des épicentres du mouvement de contestation du régime Assad qui a éclaté il y a 15 mois en Syrie et qui est durement réprimé par le pouvoir.

Mardi, le gouvernement a annoncé qu'il s'efforçait d'évacuer les civils de Homs et a accusé les insurgés d'entraver cette opération.

"Des centaines de civils sont bloqués dans la vieille ville de Homs, dans l'incapacité de partir et de trouver refuge dans des secteurs plus sûrs en raison de la poursuite d'affrontements armés", a souligné Béatrice Megevand-Roggo, directrice des opérations du CICR pour le Proche et le Moyen-Orient.

"Il est critique que le CICR et le Cras aient immédiatement un accès sans entrave à ceux qui ont besoin d'une assistance pouvant leur sauver la vie", a-t-elle ajouté dans un communiqué.

Priorité sera donnée à l'évacuation des blessés et des malades, conformément au droit humanitaire international, a indiqué le CICR, qui cherche aussi à livrer de l'aide et des équipements médicaux à l'antenne du Cras à Homs.

Stephanie Nebehay, Jean-Loup Fiévet pour le service français