BFMTV

Une paire de chaussettes d'Hitler et autres curiosités nazies bientôt vendues aux enchères

Adolf Hitler était le Chancelier du Troisième Reich du 30 janvier 1933 au 30 avril 1945

Adolf Hitler était le Chancelier du Troisième Reich du 30 janvier 1933 au 30 avril 1945 - HEINRICH HOFFMANN / FRANCE PRESSE VOIR / AFP

La maison de ventes aux enchères Hermann Historica s'apprête céder les effets personnels de nombreux dignitaires nazis.

Avis aux connaisseurs. La maison de ventes aux enchères Hermann Historica, située à Munich, vendra les effets personnels de nombreux dignitaires nazis jeudi prochain. La vente, solennellement intitulée "Hitler et les dirigeants nazis: un regard dans l’abîme du mal" comme le souligne Le Figaro, se propose ainsi entre autres de vendre une paire de chaussettes d’Hitler, des cravates, des pantalons du dictateur nazi, des carnets annotés par Himmler, des chaussures du ministre de l’aviation Hermann Goering.

La corde d'un pendu à partir de 500 euros

Mais on trouve également des articles particulièrement indécents. On peut ainsi lire dans le Daily Mail que Hermann Historica se propose aussi de vendre la fiole ayant contenu le poison qui servira au suicide de Goering à l’issue du procès de Nuremberg ou encore un morceau de la corde au bout de laquelle on a pendu Julius Streicher, directeur du journal antisémite Der Stürmer. Le dit bout de corde sera mis en vente à 500 euros.

Pour éviter de susciter la polémique et les vocations chez des acheteurs douteux, Hermann Historica a pris ses précautions. Ainsi, le catalogue de la vente n’est pas disponible en ligne et il faut en faire la demande individuellement pour se le procurer.

L'étonnant monsieur Lattimer

Mais où dormaient ces reliques jusqu’à aujourd’hui? C’est un médecin américain, John K. Lattimer, qui les a recueillies et conservées jusqu'à sa mort en 2007. Cet homme, qui a vécu plusieurs vies (athlète avant-guerre et même un jour concurrent du sprinteur Jesse Owens, puis chirurgien, médecin des blessés alliés en Normandie, puis grand urologue et premier spécialiste non affilié au gouvernement à enquêter sur la mort du président Kennedy) a pu collecter ces objets lors du procès du Nuremberg où il veillait sur la santé des prisonniers nazis.

R.V