BFMTV

Un passager crée la panique à bord d'un vol de Malaysia Airlines

Photo fournie par un passager, Andrew Leoncelli, montrant des policiers avançant le 1er juin 2017 dans l'avion de Malaysia Airlines pour arrêter un Sri-Lankais après que le vol MH128 a atterri d'urgence à Melbourne

Photo fournie par un passager, Andrew Leoncelli, montrant des policiers avançant le 1er juin 2017 dans l'avion de Malaysia Airlines pour arrêter un Sri-Lankais après que le vol MH128 a atterri d'urgence à Melbourne - ANDREW LEONCELLI, ANDREW LEONCELLI/AFP

L'homme qui a tenté de pénétrer de vol dans le cockpit d'un avion de Malaysia Airlines reliant Melbourne à Kuala Lumpur, venait de sortir de soins psychiatriques, ont annoncé les autorités australiennes.

Le Sri-Lankais qui a tenté dans la nuit de pénétrer en plein vol dans le cockpit d'un avion de Malaysia Airlines en affirmant avoir une bombe était sorti quelques heures plus tôt de soins psychiatriques, a annoncé jeudi la police australienne.

L'homme de 25 ans, qui a créé la panique à bord en criant qu'il allait faire sauter l'avion, a été maîtrisé par d'autres passagers. Le vol MH128, qui avait décollé de Melbourne mercredi à 23h11 heure locale (13h11 GMT) à destination de Kuala Lumpur, a ensuite fait demi-tour.

"Il était sorti (mercredi) de soins psychiatriques, et nous pensons qu'il a ensuite acheté un billet d'avion, avant de se rendre à l'aéroport et d'embarquer", a déclaré aux journalistes le chef de la police de l'Etat australien de Victoria, Graham Ashton.

Enceinte Bluetooth en guise de bombe

Plusieurs passagers sont parvenus à immobiliser au sol et à ligoter le forcené, avant que l'appareil n'effectue un atterrissage d'urgence à l'aéroport de Melbourne.

Des agents d'une unité d'élite de la police sont ensuite montés à bord pour prendre en charge l'homme.

Le suspect, qui vivait dans la banlieue de Melbourne et étudiait dans une école de cuisine, avait affirmé avoir une bombe qui s'est en fait avérée être une enceinte Bluetooth à peine plus grosse qu'un smartphone, a précisé Graham Ashton. Il a ajouté que cette affaire n'avait rien de terroriste, mais impliquait un homme souffrant de troubles psychiatriques.

Le suspect a été inculpé pour avoir proféré des menaces, pour déclaration mensongère et pour avoir mis en danger la sécurité de l'avion.

Photo fournie par un passager, Andrew Leoncelli, montrant un policier avançant le 1er juin 2017 dans l'avion de Malaysia Airlines pour arrêter un Sri-Lankais après que le vol MH128 a atterri d'urgence à Melbourne
Photo fournie par un passager, Andrew Leoncelli, montrant un policier avançant le 1er juin 2017 dans l'avion de Malaysia Airlines pour arrêter un Sri-Lankais après que le vol MH128 a atterri d'urgence à Melbourne © ANDREW LEONCELLI, ANDREW LEONCELLI/AFP

Calvaire d'une heure et demie

Le vice-ministre malaisien des Transports, Abdul Aziz Kaprawi, avait déjà auparavant écarté auprès de l'AFP la thèse terroriste : "Ce n'est pas un détournement. Un passager perturbateur a essayé de rentrer dans la cabine de pilotage". Des passagers ont cependant fait état d'un calvaire d'une heure et demie.

Andrew Leoncelli, ancienne star locale du football australien qui voyageait en classe affaires, a raconté à la radio 3AW que l'homme avait menacé de faire sauter l'avion. "Un membre de l'équipage lui a dit 'Asseyez-vous, Monsieur, asseyez-vous', et il a répondu 'Non, je ne vais pas m'asseoir, je vais faire exploser l'avion'", a-t-il dit.

"L'employé criait 'J'ai besoin d'aide, j'ai besoin d'aide'. Alors j'ai défait ma ceinture et je me suis approché de lui". L'ancien joueur de Melbourne âgé de 42 ans a affirmé que le forcené avait couru vers l'arrière, où deux hommes l'ont attrapé et lui ont lié les poings.

Le commissaire Andy Langdon a déclaré que les occupants de l'avion avaient vécu une expérience "très traumatisante", ajoutant que les passagers et l'équipage avaient été "héroïques".

Photo fournie par un passager, Andrew Leoncelli, montrant un policier le 1er juin 2017 dans l'avion de Malaysia Airlines après que le vol MH128 a atterri d'urgence à Melbourne
Photo fournie par un passager, Andrew Leoncelli, montrant un policier le 1er juin 2017 dans l'avion de Malaysia Airlines après que le vol MH128 a atterri d'urgence à Melbourne © Andrew LEONCELLI, ANDREW LEONCELLI/AFP

Bras et jambes liés, visage contre le sol

Un autre passager, Arif Chaudery, a raconté qu'il s'était joint à plusieurs autres pour maîtriser le forcené. "Les familles, les enfants étaient très effrayés, certains criaient", a-t-il dit à la télévision Channel Nine. "On s'y est mis à trois ou quatre" pour aider à maîtriser l'homme.

"Nous l'avons jeté au sol, l'équipage a apporté une ceinture, on lui a attaché bras et jambes et on l'a placé visage contre le sol", a-t-il dit.

Laura, une passagère qui n'a voulu donner que son prénom, a déclaré à ABC qu'elle avait eu la peur pour sa vie. "Je pensais que l'avion allait s'écraser, je pensais que la bombe allait exploser, je pensais vraiment que j'allais mourir", a-t-elle dit.

Cet incident intervient quelques mois après la suspension des recherches internationales menées par l'Australie, la Malaisie et la Chine pour retrouver l'épave du vol MH370 de Malaysia Airlines, disparu mystérieusement il y a trois ans. Le Boeing 777 s'était volatilisé le 8 mars 2014 avec 239 personnes à bord, peu après son décollage de Kuala Lumpur à destination de Pékin.

G.D. avec AFP