BFMTV

Syrie: Près de 100.000 civils "pris au piège" à Raqqa selon l'ONU

De la fumée à l'est de Raqa, dans le district de al-Sinaa lors d'une offensive de la coalition pour reprendre la ville aux islamistes, le 21 juin 2017

De la fumée à l'est de Raqa, dans le district de al-Sinaa lors d'une offensive de la coalition pour reprendre la ville aux islamistes, le 21 juin 2017 - DELIL SOULEIMAN, AFP

Selon l'ONU, près de 100.000 civils seraient "pris au piège" à Raqqa, ville syrienne proclamée capitale de Daesh dans le pays.

L'ONU a estimé mercredi que près de 100.000 civils étaient "pris au piège" à Raqqa, principal bastion de Daesh en Syrie, que les Forces démocratiques syriennes (FDS, antijihadistes) tentent de reprendre.

Selon des données recueillies par le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'Homme, "au moins 173 civils -il s'agit ici d'une estimation prudente, et le nombre réel pourrait être bien plus élevé- ont été tués dans les combats depuis le 1er juin", a-t-il indiqué dans un communiqué.

Située dans le nord du pays et bordée par le fleuve de l'Euphrate, Raqqa comptait avant la guerre quelque 300.000 habitants, en majorité des Arabes sunnites. C'était également la ville de milliers de chrétiens arméniens et syriaques et les Kurdes formaient 20% de sa population. 

"Les civils dans un état de terreur et de confusion"

La bataille de Raqqa est la plus emblématique pour les FDS qui sont engagées dans des combats contre les jihadistes depuis des mois avec l'appui d'une coalition internationale menée par les Etats-Unis tant sur le plan aérien, qu'avec des conseillers, des armes et de l'équipement.

"Les bombardements de ces trois dernières semaines sur Raqqa ont laissé les civils dans un état de terreur et de confusion quant aux possibilités de trouver refuge entre les atrocités commises par les soldats de Daesh et la lutte acharnée pour les défaire", a relevé le Haut-Commissaire, Zeid Ra'ad Al Hussein, cité dans le communiqué.

G.D. avec AFP