BFMTV

Syrie: Fabius accuse Moscou de "parler beaucoup" et d'inaction contre le groupe EI

-

- - AFP - Montage BFMTV

Laurent Fabius attaque directement Vladimir Poutine. Le ministre des Affaires Etrangères accuse le Président russe de "parler beaucoup" mais de ne pas faire grand chose pour lutter contre Daesh.

Le chef de la diplomatie française Laurent Fabius a critiqué mardi "ceux qui parlent beaucoup mais qui n'ont pas engagé un avion" dans la lutte contre les jihadistes de l'Etat islamique en Syrie, invitant Moscou à combattre l'EI "concrètement" plutôt que "médiatiquement".

Le bras de fer avec la Russie 

"Il faut quand même regarder qui fait quoi. La communauté internationale tape Daech (acronyme arabe du groupe EI). La France tape Daech. Les Russes, pour le moment, pas du tout. Si on est contre les terroristes, il n'est pas anormal de frapper les terroristes", a déclaré M. Fabius lors d'une conférence de presse à New York.

Ces déclarations s'inscrivent dans un climat de tension au sein de la communauté internationale. Deux visions s'affrontent sur la question syrienne. D'un côté, la France et les Etats-Unis qui refusent en bloc de discuter avec Bachar al-Assad pour contrer Daesh. A la tribune de l'ONU, François Hollande a réaffirmé sa position constante depuis des mois: le boucher de Damas "ne peut faire partie de la solution". De l'autre côté, Vladimir Poutine et la Russie, alliée historique de la Syrie, qui refusent net toute solution sans le Président syrien. 

La Russie ne lâchera pas Assad

Une opposition cristallisée par la paralysie du Conseil de Sécurité de l'ONU. L'organe de l'ONU est incapable de trouver une solution en raison du droit de veto alloué à chaque membre, et donc à la Russie. Vladimir Poutine a prévenu: tout projet porté devant le Conseil et qui n'inclurait pas Bachar al-Assad serait automatiquement rejeté par la Russie. 

Paul Aveline