BFMTV

Shek : « La paix à l'horizon »

-

- - -

Israël acceptera-t-elle un cessez-le-feu dans la bande de Gaza ? Rejetant la responsabilité du conflit sur le Hamas, Daniel Shek, ambassadeur d'Israël en France, envisage avec optimisme la situation.

Alors qu'Israël et le Hamas étudient une proposition de cessez-le-feu présentée par l'Egypte et soutenue par l'Europe et les Etats-Unis, Daniel Shek, ambassadeur d'Israël en France revient sur le conflit israélo-palestinien : « Israël veut la paix. Ce pays existe depuis 60 ans sous l'ombre de la guerre. Sans la conviction que la paix est possible, toute cette aventure d'un état juif ne vaut rien. Donc bien sûr qu'il y a la paix à l'horizon. Mais pour faire la paix avec son ennemi, il faut avoir un minimum de terrain commun. Et le problème avec le Hamas, c'est qu'il n'y en a pas. »

« Quelque chose de positif se développe »

Daniel Shek ne manque pas de souligner qu'Israël n'a fait que « riposter à l'offensive du Hamas ». Il rappelle les conditions d'une trêve durable côté israélien : « que les tirs de roquettes cessent, et que la frontière avec l'Egypte soit étanche ». L'objectif d'Israël est de « rétablir une vie normale pour 1 million d'habitants du sud d'Israël ». Et pour Daniel Shek, « ça peut arriver avec l'opération militaire. Ça peut arriver avec la diplomatie. J'ai confiance, quelque chose de positif est en train de mûrir, de se développer », conclut-il avec optimisme. En effet, le Premier ministre israélien Ehud Olmert a accepté l'ouverture d'un « couloir humanitaire » pour acheminer l'aide aux Palestiniens vivant dans la bande de Gaza.

La rédaction-Bourdin & Co