BFMTV

Radicalisation sur internet: Daesh poste 40.000 tweets en français par jour

Une attaque aérienne dans le quartier de Jobar à l'est de Damas en Syrie, le 29 avril 2015

Une attaque aérienne dans le quartier de Jobar à l'est de Damas en Syrie, le 29 avril 2015 - Lens Young Dimashqi - AFP

La communication de l'Etat islamique, particulièrement redoutable sur internet, parvient à cibler de mieux en mieux le public francophone. Pas moins de 2.600 sites internet en français liés à l'organisation auraient été recensés.

Pour contrer la communication bien huilée de Daech [acronyme arabe de l'Etat islamique] sur internet, Manuel Valls a annoncé, mercredi, la mise en place d'un "bataillon de community managers" dédié à la lutte contre la propagande jihadiste en ligne. Ces futurs CM de l'Etat vont avoir du pain sur la planche.

Alors que la toile regorge de sites qui diffusent à la chaîne des messages de haine en anglais et en arabe, pas moins de 2.600 sites internet francophones liés à Daech séviraient actuellement, selon des chiffres obtenus par Le Monde, de sources proches du ministère de la Défense.

2,8 millions de followers

Sur les réseaux sociaux, le groupe Etat islamique cible de mieux en mieux le public francophone. "Des cellules de propagande de Daech produisent de l'ordre de 40.000 tweets en français par jour", écrit encore le quotidien, affirmant que l'organisation sunnite pourrait déjà se prévaloir de 2,8 millions de followers francophones.

Alors qu'aux Etats-Unis ou en Grande-Bretagne, les autorités ont très tôt pris conscience de l'importance d'élaborer un "contre-discours", en matière de lutte contre le jhadisme sur internet, la France a pris beaucoup de retard.

"Contre-propagande"

En plus des cellules de CM gouvernementaux, des moyens supplémentaires devraient être votés dans le cadre de la révision de la loi de programmation militaire 2014-2015, examinée à l’Assemblée nationale à partir de jeudi.

Les états-majors promettent de recruter 1.000 personnes pour grossir les rangs des équipes "cyber", et 300 militaires supplémentaires pour la "contre-propagande". Dans le jargon militaire, cela signifie que ces nouvelles recrues seront chargées d'élaborer des messages multimédias capables de démonter la mécanique ultra-efficace de promotion de la "marque" Etat islamique.

Selon les chiffres de l'ONU, plus de 25.000 combattants étrangers auraient rejoint les rangs de l'Etat islamique en Irak et en Syrie. Parmi eux, plus de 800 Français, dont une grosse moitié serait encore sur place, selon un décompte des services anti-terroristes. En ajoutant ceux qui ont émis le souhait de se rendre sur place ou ceux qui sont en route, 1.600 Français environ sont impliqués dans les filières jihadistes.

Caroline Piquet