BFMTV

Quand Donald Trump évoque un vaccin contre le VIH... qui n'existe pas

Donald Trump à la Maison Blanche ce mardi.

Donald Trump à la Maison Blanche ce mardi. - SAUL LOEB / AFP

En promettant un vaccin contre le Covid-19 "avant la fin de l'année" en conférence de presse ce mardi, le président Trump a fait référence au vaccin contre le VIH. Or il n'existe, à ce jour, aucun vaccin contre le Sida.

Lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche durant laquelle le président américain a adressé son respect aux scientifiques américains qui cherchent un traitement contre le Covid-19, Donald Trump a évoqué un vaccin contre le VIH ... qui n'existe pas.

"Avant la fin de l'année, je prédis que nous aurons trouvé un vaccin ainsi qu'un traitement" contre le coronavirus. "Nous faisons des progrès extraordinaires", a d'abord déclaré Donald Trump face à la presse ce mardi. 

"J'ai beaucoup de respect pour les scientifiques"

"Je suis de très près ce que font les scientifiques, les médecins... J'ai beaucoup de respect pour eux. Ils ont déjà mis au point de nombreux autres traitements au cours de ces dernières années. Ce sont les meilleurs, les plus intelligents, les plus brillants, et ils ont notamment mis au point le vaccin contre le VIH. Vous le savez, il y a beaucoup de choses qui existent, et plusieurs entreprises sont impliquées", a poursuivi le président américain.

Or il y a un hic. Il n'existe, à ce jour, aucun vaccin contre le VIH, comme le rappelle l'association Sidaction sur son site internet.

Après avoir prononcé ces mots, le président Trump se reprend quelque peu, et évoque "le traitement contre le VIH". Et il poursuit: 

"Auparavant, avoir le Sida signifiait être condamné à mort. Maintenant les gens vivent leur vie grâce à une simple pilule. C'est une chose incroyable".

Une fois encore, ses propos ne sont pas exacts, comme le précise Sidaction sur son site internet.

"Si la recherche a considérablement progressé depuis le début de l’épidémie et a permis, pour ceux qui ont accès aux traitements, de vivre avec le VIH, un constat demeure: en 2019, on meurt toujours du VIH/Sida dans le monde et aucune guérison n’est possible", écrit l'association.
Jeanne Bulant