BFMTV

Procès en destitution: les avocats de Trump réclament son acquittement

Donald Trump - SAUL LOEB / AFP

Donald Trump - SAUL LOEB / AFP - -

Les démocrates "vous demandent de limoger à la veille d'une élection un président qui connaît le succès, sans raison et en violation de la Constitution", ont dénoncé ses avocats mardi.

Les avocats de Donald Trump ont appelé mardi le Sénat à acquitter le président américain "aussi vite que possible", malgré les pressions croissantes pour entendre de nouveaux témoins qui pourraient prolonger son procès en destitution.

"Il est temps d'en finir"

Les démocrates "vous demandent de limoger à la veille d'une élection un président qui connaît le succès, sans raison et en violation de la Constitution", a lancé aux cent sénateurs Pat Cipollone, l'avocat de la Maison Blanche.

"Il est temps d'en finir, aussi vite que possible", a-t-il poursuivi en concluant trois jours de plaidoirie largement parasités par les révélations explosives d'un ancien conseiller de la Maison Blanche.

L'ex-conseiller à la sécurité nationale John Bolton a écrit dans un livre à paraître prochainement que Donald Trump lui avait expliqué ne pas vouloir débloquer une aide militaire destinée à l'Ukraine tant que ce pays n'enquêterait pas sur son rival Joe Biden.

Ces allégations, rendues publiques dimanche soir, ont fait l'effet d'une bombe car elles touchent au coeur du dossier d'accusation contre le président, jugé pour "abus de pouvoir" et "entrave au travail du Congrès". Elles ont également renforcé les démocrates, qui réclament depuis des semaines la convocation de plusieurs proches de Trump, dont Bolton, devant les sénateurs.

51 voix nécessaires

Les 53 sénateurs républicains s'y sont opposés jusqu'ici, mais les révélations de l'ancien conseiller ont fait bouger les lignes. Le chef de la majorité républicaine Mitch McConnell a réuni ses élus en fin de journée pour en discuter et, selon des médias américains, il a reconnu ne pas avoir à l'heure actuelle les 51 voix nécessaires pour empêcher la convocation de nouveaux témoins. Il lui reste jusqu'à la fin de la semaine pour faire rentrer dans le rang les quelques sénateurs républicains modérés, susceptibles d'apporter leur soutien aux 47 démocrates. 

Les deux prochaines journées seront consacrées aux questions des sénateurs. A partir de mercredi après-midi, ils pourront formuler leurs interrogations par écrit et elles seront lues par le chef de la Cour suprême des Etats-Unis, qui préside les débats. Ce n'est que vendredi en fin de journée que la question des témoins sera soumise au vote.

"Salir" Obama

Donald Trump et ses partisans espèrent un rejet de la requête démocrate, pour que les élus puissent passer directement au vote final sur la culpabilité du président. La Constitution imposant une majorité des deux tiers pour le destituer (67 voix), il est quasi assuré d'être acquitté.

Lors d'un appel téléphonique estival, Donald Trump a demandé à son homologue ukrainien d'enquêter sur Joe Biden, bien placé pour l'affronter lors de la présidentielle du 3 novembre, et sur les affaires de son fils dans ce pays gangrené par la corruption.

Les démocrates l'accusent d'avoir tenté de "tricher" pour remporter un second mandat en poussant l'Ukraine à "salir" l'ancien vice-président de Barack Obama, et d'avoir utilisé les moyens de l'Etat pour arriver à ses fins, notamment en gelant une aide militaire cruciale pour ce pays en conflit avec la Russie.

Trump, victime de "désaccords politiques"

L'hôte de la Maison Blanche assure "n'avoir rien fait de mal". Ses inquiétudes sur l'étendue de la corruption en Ukraine justifiaient selon lui -à la fois mais distinctement- sa demande d'enquête sur les Biden et le blocage des 400 millions de dollars.

Les avocats de Donald Trump se sont également évertués à convaincre les jurés que le procès n'était motivé que par des "désaccords politiques". Ils ont présenté le milliardaire comme la victime de trois ans d'efforts démocrates pour le discréditer.

E.P avec AFP