BFMTV

Pérou : des touristes étrangers retenus par des indigènes en colère

BFMTV

Une quarantaine de personnes, dont une majorité de touristes étrangers, étaient retenues depuis mercredi par un groupe d'indigènes péruviens protestant contre l'arrêt de la construction d'une autoroute près de la commune de Boca Manu, dans le sud-est, a annoncé la police.

Ces personnes "ont été retenues par les indigènes qui veulent faire entendre leurs revendications pour la construction d'une autoroute", a expliqué sur la radio RPP le directeur de la police péruvienne, le général Vicente Romero. "La police est déjà présente sur les lieux, les touristes n'ont pas été maltraités et sont protégés, mais nous attendons que les autorités régionales arrivent pour parvenir à un bon accord" avec les indigènes, a-t-il précisé.

Selon les autorités, les touristes, des Américains et Européens notamment, ont été empêchés de quitter les lieux par quelque 200 manifestants des communautés indigènes Nativa Diamante, Isla de los Valles et Boca Manu, dans la région Madre de Dios. Les touristes étrangers voyageaient dans deux bateaux en direction de la réserve du parc national de Manu, quand les manifestants les ont interceptés.

"Nous sommes retenus ici, ils ont pris nos bateaux, ils ont tout pris. Nous avons des personnes âgées parmi nous, dont un homme blessé car il est tombé", a témoigné Juan José Salas, guide touristique qui accompagnait les touristes, dans une communication téléphonique avec la télévision Canal N.

Les indigènes réclament au gouvernement qu'il achève la construction d'une autoroute dans une zone protégée par les autorités. Après le lancement des travaux, le Service national des zones naturelles protégées par l'Etat (Sernanp) les a interrompus, dénonçant notamment l'absence d'étude sur l'impact environnemental et assurant que l'autoroute favoriserait la déforestation et l'activité minière illégale.
la rédaction avec AFP