BFMTV

Papouasie Nouvelle-Guinée : brûlée vive pour sorcellerie

-

- - -

Une mère de famille, accusée de sorcellerie, a été torturée puis brûlée vive sur un bûcher en Papouasie Nouvelle-Guinée.

Agée de 20 ans, elle a été dévêtue, arrosée de pétrole et brûlée vive devant la foule en Papouasie Nouvelle-Guinée, pour avoir pratiqué de la sorcellerie, a rapporté la presse locale jeudi.

Cette mère de famille, identifiée par le journal The National comme Kepari Leniata, a été torturée puis brûlée vive sur un bûcher de vieux pneus.

Selon un autre quotidien, le Post-Courier, elle a été immolée par des villageois qui l'accusaient d'avoir tué un garçonnet de six ans par sorcellerie. La police aurait été empêchée d'intervenir par la foule, ajoute le quotidien.

Ouverture d'une enquête

Les faits se sont déroulés mercredi dans la ville de Mount Hagen, dans la province des Western Highlands. Un camion de pompier arrivé sur les lieux a été chassé par la foule.

Selon les quotidiens du pays, qui affichaient en une des photos du corps carbonisé, elle avait "reconnu" avoir tué l'enfant, mort la veille de douleurs au ventre et à la poitrine.

La police a ouvert une enquête pour meurtre et se préparait à des inculpations.

La sorcellerie considérée comme un délit

Les croyances en la sorcellerie restent très répandues dans ce pays pauvre du Pacifique.

En 1971, le gouvernement avait introduit une loi sur la sorcellerie, pour en faire un délit. Mais la commission de la réforme sur les lois a récemment proposé d'abroger cette loi en raison d'une augmentation des attaques contre les personnes soupçonnées de se livrer à de la magie noire.

En 2009, une affaire semblable s'était déjà produite, là encore à Mount Hagen, une jeune femme accusée de sorcellerie avait été dénudée et brûlée vive.