BFMTV

Noël sanglant au Nigeria, une quarantaine de morts

Dans la ville de Jos. Une quarantaine de personnes ont trouvé la mort vendredi, veille de Noël, dans le nord et le centre du Nigeria lors d'une série d'explosions et de deux attaques d'église. /Photo prise le 25 décembre 2010/REUTERS/Afolabi Sotunde

Dans la ville de Jos. Une quarantaine de personnes ont trouvé la mort vendredi, veille de Noël, dans le nord et le centre du Nigeria lors d'une série d'explosions et de deux attaques d'église. /Photo prise le 25 décembre 2010/REUTERS/Afolabi Sotunde - -

JOS/MAIDUGURI, Nigeria (Reuters) - Une quarantaine de personnes ont trouvé la mort vendredi, veille de Noël, dans le nord et le centre du Nigeria...

JOS/MAIDUGURI, Nigeria (Reuters) - Une quarantaine de personnes ont trouvé la mort vendredi, veille de Noël, dans le nord et le centre du Nigeria lors d'une série d'explosions et de deux attaques d'église, ont annoncé les autorités.

Une série de bombes ont explosé vendredi soir lors des festivités de Noël dans des localités des environs de la ville de Jos, dans l'Etat de Plateau, dans le Centre.

Selon le responsable de la police locale, on dénombre 32 morts au moins et 74 blessés dans un état critique.

Le chef d'état-major de l'armée de terre, Azubuike Ihejirika, a déclaré que les attentats de Jos n'avaient pas de connotation religieuse.

"Les explosions de Jos résultent d'une série d'attentats à la bombe. C'est du terrorisme, ce sont des incidents très regrettables", a-t-il dit à Port-Harcourt, dans le sud du Nigeria.

Lors d'événements distincts, six personnes ont trouvé la mort vendredi lors d'attaques visant deux églises dans l'Etat de Borno, dans le nord-est du pays.

Des cocktails Molotov ont été lancés en fin de soirée contre une église de Maiduguri, faisant cinq morts dont un pasteur baptiste. Un vigile de sécurité a péri dans des circonstances similaires dans une église des environs.

"La situation est inquiétante et les autorités devraient tout faire pour débusquer les auteurs d'actes aussi démoniaques", a déclaré le gouverneur de l'Etat de Borno, Ali Sheriff. "Nous devons faire en sorte que tous les citoyens désireux de prier librement puissent le faire en toute sécurité, sans craindre d'être agressés".

Le centre du Nigeria, situé entre le Nord, majoritairement musulman, et le Sud, principalement chrétien, est une région traditionnellement instable où se produisent des affrontements intercommunautaires parfois violents.

Ces violences surviennent à un moment difficile pour le président Goodluck Jonathan, qui fait campagne pour décrocher l'investiture du Parti démocratique du peuple (PDP, au pouvoir) en vue du scrutin présidentiel.

Le chef de l'Etat sortant, originaire du Sud, a hérité du pouvoir après le décès par maladie cette année du président Umaru Yar'Adua, un nordiste. Certaines factions du Nord au sein du PDP sont hostiles à Goodluck Jonathan.

Shuaibu Mohamed et Ibrahim Mshelizza; Jean-Loup Fiévet pour le service français