BFMTV

Yémen: l'ONU prolonge l'enquête sur les crimes de guerre

Avec 21 voix pour, 8 contre et 18 abstentions le Conseil des droits de l'homme de l'ONU décide de prolonger l'enquête.

Avec 21 voix pour, 8 contre et 18 abstentions le Conseil des droits de l'homme de l'ONU décide de prolonger l'enquête. - FABRICE COFFRINI / AFP

Vendredi, le Conseil des droits de l'homme de l'ONU a adopté une résolution prolongeant d'un an l'enquête sur de possibles crimes de guerre au Yémen.

Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU a adopté vendredi une résolution permettant de prolonger d'un an l'enquête sur les allégations de crimes de guerre au Yémen, malgré l'opposition de l'Arabie saoudite.

Ryad conduit depuis mars 2015 une coalition militaire intervenue au Yémen pour aider le gouvernement contre les rebelles Houthis qui se sont emparés de vastes pans du territoire.

Crimes de guerre

La résolution, proposée par la Belgique, le Canada, l'Irlande, le Luxembourg ainsi que les Pays-Bas et soutenue par l'Union européenne, a été adoptée par 21 voix sur les 47 Etats siégeant actuellement au Conseil. Huit pays ont voté contre et 18 autres se sont abstenus.

Dans leur rapport publié fin août, et allant de septembre 2014, date du début des hostilités au Yémen, jusqu'à juin 2018, les experts ont conclu que toutes les parties prenantes au conflit au Yémen ont potentiellement commis des "crimes de guerre".

Le groupe d'experts, présidé par le Tunisien Kamel Jendoubi, a toutefois relevé que les frappes de la coalition menée par l'Arabie Saoudite "ont causé le plus de victimes civiles directes", touchant des "zones résidentielles", des "marchés", et "même des installations médicales".

Pire crise humanitaire au monde

Ce groupe d'experts a été créé il y a un an par le Conseil, grâce au soutien des pays arabes.

Mais l'Arabie saoudite, et ses alliés, ont cette fois refusé de soutenir la résolution et demandé que le texte soit voté.

"Beaucoup d'efforts" ont été faits "pour parvenir à un consensus, cependant (...) le projet de résolution n'a pas reflété nos préoccupations légitimes", a déclaré l'ambassadeur saoudien auprès de l'ONU, Abdulaziz Alwasil.

Il a également mis en exergue le fait que le rapport des experts "n'était pas équilibré".

Depuis mars 2015, le conflit au Yémen a fait plus de 10.000 morts et provoqué la pire crise humanitaire du monde, selon les Nations unies.
B.L. avec AFP