BFMTV

Yémen: des jihadistes ferment trois facultés pour mettre fin à la mixité

BFMTV

Des jihadistes ont obligé ce mardi trois facultés de l'Université d'Aden, dans le sud du Yémen, à fermer leurs portes pour contraindre les étudiants à mettre fin à la mixité sur le campus. Il s'agit du deuxième incident de ce type à Aden, deuxième ville du Yémen, où les groupes rivaux d'Al-Qaïda et de Daesh ont profité ces derniers mois du chaos consécutif à la guerre civile pour renforcer leur présence.

Fermetures forcées

Mardi, des hommes armés -et pour certains masqués- ont forcé les étudiants des facultés de sciences administratives, de droit et d'ingénierie à quitter les lieux avant de fermer les portes des bâtiments, ont indiqué des étudiants. "Ils nous ont fait sortir des salles d'examen", a dit un témoin, ajoutant: "ils ont arrêté deux étudiants qui filmaient la scène".

"Pas de mixité. On vous avait prévenus", ont lancé des jihadistes, selon des étudiants qui ont précisé que les autorités n'avaient rien fait pour empêcher la fermeture des facultés. Aucun groupe n'a immédiatement revendiqué l'action mais des témoins et des habitants du secteur ont affirmé que les jihadistes impliqués étaient des fidèles d'Ayman Askar, chef d'une milice locale connu pour ses liens à la fois avec Al-Qaïda et avec Daesh.

En novembre déjà, des islamistes armés avaient mené une action coup de poing à la faculté des sciences administratives dont ils avaient fermé les portes car les étudiants n'avaient pas tenu compte de leurs injonctions à mettre fin à la mixité dans les salles de cours. Le Yémen est déchiré depuis des mois par une guerre entre des rebelles chiites Houthis et les forces loyales au président Abd Rabbo Mansour Hadi. 

la rédaction avec AFP