BFMTV

Pourquoi le Qatar dépense des millions pour les banlieues françaises ?

L'émir du Qatar en compagnie de François Hollande, le 22 août 2012, à l'Elysée.

L'émir du Qatar en compagnie de François Hollande, le 22 août 2012, à l'Elysée. - -

Le Qatar va aider les banlieues françaises à se développer en contribuant à un fonds approuvé par le nouveau gouvernement socialiste. Les raisons d'un tel investissement.

Mais où s’arrêtera le Qatar ? Le minuscule émirat, à peine plus grand qu’un département français, multiplie les investissements à travers le monde, via son fonds souverain le Qatar Investment Authority. Tirant sa richesse principalement du gaz, dont il est le troisième producteur mondial, le Qatari est ainsi devenu l’habitant le plus riche de la planète, devant le Luxembourgeois ou le Suisse. Et cet argent, l’émirat compte bien l’utiliser.

Ce lundi, le quotidien Libération révèle que le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, aurait approuvé la création d’un fonds d’au moins 100 millions d’euros en faveur des projets d’entrepreneur des quartiers, financé en grande partie par le Qatar. Evoqué sous le quinquennat Sarkozy puis finalement mis en attente pour cause de campagne présidentielle, le projet est donc validé par le gouvernement Hollande. L'Etat et le privé français y participeront.

Le PSG en vitrine médiatique

Cela fait plusieurs années que le Qatar a pris pied dans l'économie française, en investissant dans les plus grandes entreprises hexagonales, telles que Vinci ou Lagardère. Une bonne nouvelle pour certains experts, qui affirment que cela démontre l’intérêt des investisseurs étrangers pour les entreprises françaises.

En rachetant le PSG, l’émirat s’est également offert une vitrine médiatique composée de stars internationales, achetées à coups de millions d'euros.

Devenir leader du monde musulman

Avec ce plan pour les banlieues, le Qatar franchit une nouvelle étape dans ces investissements. Mais quel intérêt pour l’émirat ?

" Le Qatar connait actuellement une croissance à deux chiffres. Et de cette croissance économique, le pays espère bien en retirer des dividendes politiques ", analyse Samir Amghar chercheur à l’EHESS.

Le Qatar et son riche voisin, l’Arabie Saoudite, se livrerait une sorte de guerre froide pour devenir un pôle d’attractivité dans le monde arabe et musulman en général.

" Le PSG, le fonds pour les banlieues, tout cela fait partie d’un plan visant à faire du Qatar un leader du monde musulman. Cela renvoie une image très positive du pays." Tous les Parisiens connaissent désormais le Qatar qui leur a permis d’acheter Zlatan Ibrahimovic, alors que l’Arabie Saoudite reste un pays relativement obscur. Même chose, pour les jeunes entrepreneurs qui auront réussi grâce au fonds Qatar.

Mais les Occidentaux s’inquiètent aussi des prises de positions plus directes du Qatar au niveau géopolitique. Le Canard enchaîné avait révélé en juin que l'émirat finançait les groupes islamistes qui sèment le chaos au Nord du Mali. Le pays aurait aussi joué le rôle de bailleurs de fond pour le printemps arabe.

" En aidant les rebelles tunisiens, le Qatar sait qu’il pourra en retirer des bénéfices économiques. C’est un investissement astucieux sur le long terme", conclut Samir Amghar.