BFMTV

Le pèlerinage à La Mecque menacé par le coronavirus

La mosquée Masjid-Al-Haram ("la mosquée sacrée") abrite la Kaaba, un grand cube noir autour duquel se pressent les pèlerins musulmans.

La mosquée Masjid-Al-Haram ("la mosquée sacrée") abrite la Kaaba, un grand cube noir autour duquel se pressent les pèlerins musulmans. - -

Cette année, les personnes à la santé fragile n’obtiendront pas de visa pour se rendre à La Mecque, ont annoncé les autorités françaises ce mardi. En cause? Le coronavirus qui sévit particulièrement en Arabie saoudite où il a causé la mort de 38 personnes.

Le pèlerinage à La Mecque, ville sainte la plus sacrée de l’Islam située en Arabie saoudite, est compromis par le coronavirus. Les personnes âgées, les femmes enceintes et les personnes souffrant de maladies chroniques (cardiaques, diabétiques,...) ne pourront pas obtenir de visa cette année pour se rendre à La Mecque, a averti ce mardi la Direction générale de la santé (DGS) française. Cela fait suite aux recommandations du ministère saoudien de la Santé, inquiet de la circulation du coronavirus, aussi appelé syndrome respiratoire du Moyen-Orient (Mers).

La crainte d'une contamination d'homme à homme

Ces restrictions concernent à la fois le petit pèlerinage (omra) qui a débuté le 10 juillet, et le grand pèlerinage (hajj) qui aura lieu cette année en octobre. Si les informations sur le nouveau virus restent troubles, il semblerait qu’il puisse se transmettre d’homme à homme en cas de contact prolongé. Pour les autorités, il s’agit d’éviter de nouvelles contaminations lors du rassemblement de millions de fidèles musulmans. Les pèlerins venant des quatre coins du globe, le problème est désormais mondial.

Pour l’heure, l’Arabie saoudite est le pays le touché puisqu’il comptabilise à lui seul 38 des 45 décès liés au coronavirus.

S.L.