BFMTV

L'Onu juge alarmante l'ampleur des exactions en Syrie

A Al Khalidieh, près de Homs. Les observateurs de l'Onu estiment que les forces gouvernementales syriennes ont commis des violations des droits de l'homme, y compris des exécutions dans l'ensemble du pays, "d'une ampleur alarmante" au cours des trois dern

A Al Khalidieh, près de Homs. Les observateurs de l'Onu estiment que les forces gouvernementales syriennes ont commis des violations des droits de l'homme, y compris des exécutions dans l'ensemble du pays, "d'une ampleur alarmante" au cours des trois dern - -

GENEVE (Reuters) - Les forces gouvernementales ont commis au cours des trois derniers mois dans l'ensemble de la Syrie des violations des droits de...

GENEVE (Reuters) - Les forces gouvernementales ont commis au cours des trois derniers mois dans l'ensemble de la Syrie des violations des droits de l'homme, y compris des exécutions, "d'une ampleur alarmante", indiquent les observateurs de l'Onu, mercredi.

Dans son dernier rapport en date, l'équipe conduite par Paulo Pinheiro affirme qu'il est impossible d'établir qui a perpétré le massacre de plus de 100 personnes dans la ville d'Houla en mai.

Mais "les forces loyales au gouvernement pourraient être responsables de nombreuses morts", affirme le rapport.

Il recense également de multiples informations sur des meurtres commis par les groupes armés d'opposition qui utilisent de plus en plus régulièrement des engins explosifs dans leur combat contre les troupes de Bachar al Assad.

"La situation sur le terrain se détériore dangereusement et rapidement", peut-on lire dans le rapport de 20 pages qui a été présenté par Pinheiro au Conseil de l'Onu pour les droits de l'homme.

"Dans un contexte de militarisation croissante, les violations des droits de l'homme dans le pays sont d'une ampleur alarmante au cours d'opérations militaires contre les zones supposées abriter des déserteurs et/ou perçues comme affiliées à des groupes armés antigouvernementaux dont l'Armée libre syrienne".

Les observateurs font également part de leur profonde inquiétude face à l'utilisation par les rebelles d'enfants qui servent de "porteurs de médicaments, de messagers et de cuisiniers, ce qui les expose à des risques de mort et de blessures".

Certains de ces enfants assurent la navette dans la zone frontalière avec la Turquie.

Pinheiro a évoqué l'enquête menée à Houla avec les autorités syriennes et a dit estimer qu'une commission de l'Onu devrait être en mesure de commencer à travailler en Syrie.

Au total, les observateurs ont interrogé près de 400 personnes et ont réuni des photos, des vidéos, des images prises par satellite et d'autres documents.

Cela leur a permis de mettre à jour la liste noire secrète des auteurs identifiés de violations de droits de l'homme en cas d'une éventuelle action en justice.

"L'afflux de nouvelles armes et de munitions à destination à la fois de l'armée et des groups armés antigouvernementaux engendre une situation qui risque de s'aggraver dans les prochains mois", estime Pinheiro.

Stephanie Nebehay; Pierre Sérisier pour le service français