BFMTV

Echelons, primes: la grille salariale de l'Etat islamique

Les combattants de l'Etat islamique toucheraient entre 50 et 400 dollars en fonction de leur rang.

Les combattants de l'Etat islamique toucheraient entre 50 et 400 dollars en fonction de leur rang. - Photo de propagande - HO - IS RAQQA - AFP

D'après le spécialiste de la question jihadiste David Thomson, les combattants de l'Etat islamique seraient rémunérés selon une grille salariale très précise, s'échelonnant de 47 à 376 euros en fonction de leur rang. Sans compter "les primes". Explications.

Derrière la barbarie de Daesh se cache, ce n'est pas nouveau, une administration bien huilée. Depuis l'émergence du groupe de l'Etat islamique (EI) et le début de ses exactions en Syrie et en Irak, l'organisation mise en place par l'entreprise terroriste n'a eu de cesse de se découvrir: instauration d'un système de justice propre à leur "philosophie", prélèvement d'un impôt dans leurs zones contrôlées, revente illégale de pétrole qui se retrouve ensuite dans les réservoirs européens...etc; les activités menées par le groupuscule pour étendre son pouvoir et son influence sont aussi diverses que variées. Et vont plus loin que la simple foi dans un combat.

Quelques mois après avoir découvert que l'Etat islamique frappait sa propre monnaie, il vient d'être annoncé qu'une véritable grille de salaires sanctionne l'action des combattants. S'appuyant sur plusieurs sources au sein du groupuscule terroriste, le journaliste de RFI David Thomson, spécialiste du jihadisme, a annoncé qu'un soldat de Daesh, en fonction de son rang, peut être rémunéré de 50 à 400 dollars par mois, soit 47 euros pour le plus petit échelon et 376 euros pour le mieux payé. 

Des primes en fonction du nombre d'esclaves à charge

Mais le barème ne s'arrête pas là. Toujours selon cet expert, également auteur du livre Les Français jihadistes (éditions Arènes) un combattant du groupe EI peut toucher des sortes de prime en fonction des personnes à sa charge.

Les détails livrés par le journaliste sont glaçants: en moyenne, un jihadiste percevrait 50 dollars mensuellement par femme ou esclave sous sa responsabilité. S'il s'agit d'enfants, c'est 35 dollars de plus par mois. Un véritable salaire? Les jihadistes contactés par David Thomson préfèrent évoquer des "aides salariales".

Des aides qui, encore selon la même source, sont distribuées sans que ne soit prise en compte la nationalité des membres de l'EI. Dernières précisions, la nourriture, le gaz, l'électricité, les vêtements et le logement sont eux gratuits. Quant aux armes, elles seraient prêtées par "la Trésorerie de l'EI".

Jé. M.