BFMTV

Deux soldats français tués en Afghanistan

DEUX SOLDATS FRANÇAIS TUÉS DANS LA RÉGION DE KAPISA, EN AFGHANISTAN

DEUX SOLDATS FRANÇAIS TUÉS DANS LA RÉGION DE KAPISA, EN AFGHANISTAN - -

PARIS (Reuters) - Deux soldats français ont été tués dimanche en Afghanistan, a annoncé l'Elysée, ce qui porte à 72 le nombre de morts français de...

PARIS (Reuters) - Deux soldats français ont été tués dimanche en Afghanistan, a annoncé l'Elysée, ce qui porte à 72 le nombre de morts français de ce conflit depuis 2001.

Cinq autres ont été blessés. La présidence de la République n'a pas précisé les circonstances exactes de la mort des soldats rattachés à une unité parachutiste de la Légion étrangère.

"C'est avec une très grande tristesse que le président de la République a appris la mort ce matin de deux légionnaires du 2e REP en Afghanistan qui, alors qu'ils participaient à la fouille d'une position fortifiée afghane dans la vallée de Tagab, ont été pris à partie par des insurgés", lit-on dans un communiqué.

Dans la nuit de vendredi à samedi, 38 soldats dont 30 Américains avaient été tués lorsqu'un hélicoptère américain s'est écrasé dans l'est du pays.

Nicolas Sarkozy a tenu à réaffirmer après ces événements "la détermination de la France à continuer d'oeuvrer au sein de la Force Internationale d'assistance à la sécurité pour rétablir paix et stabilité dans ce pays et contribuer à son développement".

La France a toutefois annoncé en juin dernier un retrait progressif de ses 4.000 soldats présents en Afghanistan, dans le sillage des Etats-Unis qui feront partir le tiers de leurs troupes d'ici à l'été 2012.

La France prévoit de retirer en 2011-2012 un quart des effectifs français. Présentes depuis 2001, les troupes françaises sont principalement déployées dans l'est (province de Kapisa et district de Surobi).

Le débat sur la guerre, censée prévenir le terrorisme, est rouvert notamment depuis la mort d'Oussama ben Laden, tué le 2 mai au Pakistan par un commando des forces spéciales américaines.

Thierry Lévêque, édité par Guy Kerivel