BFMTV

"Abaya à l'envers": des Saoudiennes lancent une protestation contre l'abaya

Femmes saoudiennes en train de faire du shopping à Jeddah, en novembre 2017

Femmes saoudiennes en train de faire du shopping à Jeddah, en novembre 2017 - Amer HILABI / AFP

Le puissant prince héritier Mohammed ben Salmane a déclaré en mars dernier que le port de l'abaya n'était pas obligatoire dans l'islam. Mais dans les faits, rien n'a changé.

Des Saoudiennes viennent de lancer un mouvement de protestation contre le port de l'abaya en postant sur les réseaux sociaux des photos où elles portent ce vêtement à l'envers. Utilisant le hashtag "abaya à l'envers", des dizaines de Saoudiennes ont publié des photos d'abayas retournées.

"Parce que les féministes saoudiennes ont une créativité sans limites, elles ont inventé une nouvelle forme de protestation", a tweeté cette semaine l'activiste Nora Abdulkarim.

"Elles postent des photos (d'elles-mêmes) portant leur abaya à l'envers comme une protestation contre la pression qui les oblige à la porter", a-t-elle expliqué. Une autre femme a déclaré sur Twitter que la campagne en ligne, qui semble prendre de l'ampleur après avoir été lancée cette semaine, était un acte de "protestation civile".

L'Arabie saoudite est l'un des pays les plus conservateurs concernant les femmes, qui sont notamment tenues de porter en public ce vêtement habituellement noir et qui couvre presque totalement le corps.

Une tentative d'ouverture

Le puissant prince héritier Mohammed ben Salmane a déclaré en mars dernier que le port de l'abaya n'était pas obligatoire dans l'islam.

Lors d'une interview accordée en mars à la chaîne de télévision américaine CBS, le prince héritier a déclaré: "les lois sont très claires, il est stipulé dans la charia: que les femmes doivent porter des vêtements décents et respectueux, comme les hommes". Mais cela "ne désigne pas particulièrement une abaya noire", a ajouté le prince. "Il est entièrement laissé à la femme de décider quel type d'habillement décent et respectueux elle va porter".

Mais dans la pratique, rien n'a changé sur ce point en Arabie saoudite et aucune décision officielle à ce sujet n'a été publiée.

Me.R. avec AFP