BFMTV

Merkel: fermer la route des Balkans "ne résout pas le problème"

Selon Angela Merkel, fermer la route des Balkans "ne résout pas le problème" - Jeudi 10 mars

Selon Angela Merkel, fermer la route des Balkans "ne résout pas le problème" - Jeudi 10 mars - AFP

Au lendemain de la fermeture de la route des Balkans provoquée par la Slovénie, Angela Merkel a dénoncé une fausse solution au problème de la crise migratoire.

La chancelière allemande Angela Merkel a estimé jeudi que la fermeture de la route des Balkans, effective depuis mercredi, "ne résolvait pas le problème", affirmant que cette situation n'était "ni durable ni pérenne", dans un entretien à une radio allemande.

"On ne résout pas le problème en prenant une décision unilatérale", a déclaré Angela Merkel à la radio publique MDR. "Il faut une décision qui soit bonne pour les 28 (pays de l'UE). C'est pourquoi je m'engage pour une véritable solution européenne, c'est-à-dire une solution des 28" membres de l'UE, a-t-elle insisté.

"Cette situation n'est ni durable ni pérenne", a-t-elle encore jugé. "Personnellement, je pense que la décision unilatérale de l'Autriche, puis dans la foulée de celle des pays des Balkans, nous apporte certes moins de réfugiés, mais place d'un autre côté la Grèce dans une situation très difficile", a poursuivi la chancelière.

Décourager la venue de migrants en Europe

"Si nous n'arrivons pas à trouver un accord avec la Turquie, alors la Grèce ne pourra pas supporter le poids (migratoire) longtemps", a-t-elle mis en garde, Athènes se retrouvant avec des dizaines de milliers de migrants coincés sur le territoire grec. Evoquant le plan d'action élaboré par l'UE et la Turquie, Angela Merkel a insisté sur le fait qu'Ankara n'allait pas "décider seule".

"Nous avons prévu que dans une telle décision -- et ce sont des détails qui doivent encore être travaillés -- le HCR (Haut commissariat aux réfugiés de l'ONU) ait de l'importance", a-t-elle dit.

La route des Balkans, un corridor laissant passer les migrants qui s'était de fait mis en place depuis l'été, s'est fermée mercredi après la décision de la Slovénie de ne plus laisser passer de réfugiés par son territoire. La mesure, qui est destinée à décourager de nouveaux migrants de partir pour l'Europe, accentue le risque de crise humanitaire en Grèce.
dossier :

Angela Merkel

A.-F. L. avec AFP