BFMTV

États-Unis: comment une femme nue est devenue un symbole des manifestations

Cette inconnue s'est présentée nue face aux forces de l'ordre lors d'une manifestation qui se tenait dans la ville de Portland.

La scène a fait le tout du monde en quelques heures seulement. Depuis le 25 mai dernier et la mort de George Floyd lors d'un contrôle policier à Minneapolis, les États-Unis sont touchés par une vague de manifestations contre les violences policières et la haine raciale. Vendredi 17 juillet, c'est dans la ville de Portland, dans l'Oregon, qu'un rassemblement était organisé.

Dans la soirée, alors que la situation commençait à se tendre entre manifestants et policiers, une femme est subitement apparue. Nue et uniquement vêtue d'un bonnet noir, elle s'est positionnée face aux officiers, les toisant pendant de longues minutes et les pointant du doigt.

Athéna contre les policiers

La scène, immortalisée par le photographe de presse Dave Killen a duré une dizaine de minutes. Durant ce laps de temps, celle qui est désormais surnommée Naked Athena ("Athéna nue" en version française) outre-Atlantique a enchaîné les poses de yoga et de ballet face aux forces de l'ordre. Un manifestant a également tenté de protéger la jeune femme à l'aide d'un bouclier, alors que les policiers continuaient de lancer des bombes lacrymogènes.

"Tout le monde avait l'air surpris et un peu sans voix [...] Elle était incroyablement vulnérable. Il aurait été très douloureux pour elle d'être touchée par un projectile alors qu'elle ne portait aucun vêtement", explique le témoin auprès des médias américains.

Finalement, au bout d'une dizaine de minutes, les policiers ont quitté les lieux. Dès lors, Naked Athena est devenue l'un des symbôles des manifestations contre les violences policières. La manifestante, dont l'identité n'est pas connue, a elle aussi disparu. Son surnom, issu de la mythologie grecque, correspond à celui de la déesse de la sagesse, qui est également une stratège militaire.

Situation tendue à Portland

Depuis maintenant plusieurs semaines, la situation reste extrêmement instable et tendue à Portland, qui semble peu à peu devenir l'un des épicentres de ces manifestations. Récemment, Donald Trump y a déployé, de manière controversée, les forces de l'ordre fédérales avant de menacer de faire de même à Chicago et New York.

Comme le souligne le Huffington Post, le maire de la ville, Ted Wheeler, a expressément demandé le retrait de ces troupes de la ville, estimant qu'elles exacerbaient les violences. De son côté, le gouverneur de l'État a accusé le président américain de vouloir réaliser une opération de communication.

Ces derniers jours, ces agents fédéraux ont été repérés circulant dans les rues de Portland à bord de véhicules sans immatriculation et sans badge de la police, qui permettent pourtant leur identification.

https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier Journaliste BFMTV