BFMTV

Mali: l'armée française dit avoir éliminé des jihadistes, des villageois dénoncent une bavure sur des civils

Un soldat français de l'opération Barkhane en patrouille dans le nord du Burkina Faso le 9 novembre 2019. (Photo d'illustration)

Un soldat français de l'opération Barkhane en patrouille dans le nord du Burkina Faso le 9 novembre 2019. (Photo d'illustration) - MICHELE CATTANI © 2019 AFP

L'armée française affirme que ses avions ont éliminé des dizaines de jihadistes dans une frappe menée dimanche, tandis que des villageois rapportent la mort de plusieurs civils.

Que s'est-il passé dimanche près de Douentza, dans le centre du Mali en pleine tourmente sécuritaire ? L'armée française dit que ses avions ont éliminé des dizaines de jihadistes tandis que des villageois rapportent la mort de plusieurs civils dans la frappe d'un hélicoptère non-identifié.

Les messages ont proliféré sur les réseaux sociaux depuis dimanche sur les évènements survenus dans le village de Bounti, dans ce centre malien qui est l'un des principaux foyers de violence au Sahel.

Une "frappe aérienne" au cours d'un mariage?

Le silence observé par les autorités maliennes et par la force antijihadiste française Barkhane a laissé le champ libre à un flot de spéculations, difficilement vérifiables dans une zone éloignée dont l'accès est rendu très compliqué par la forte présence des jihadistes. Il n'y a guère que l'armée nationale malienne et Barkhane pour opérer offensivement dans le ciel malien.

Tabital Pulakuu, une association pour la promotion de la culture de l'ethnie peule, a fait état la première d'une "frappe aérienne (ayant) coûté la vie à une vingtaine de personnes civiles au moins" au cours d'un mariage. Des témoignages de villageois recueillis par l'AFP ont accrédité ce récit.

Frappe contre un rassemblement de jihadistes

L'armée française a fini par s'exprimer mardi. Dimanche, a dit l'état-major français à l'AFP, une patrouille d'avions de chasse a frappé à l'ouest d'Hombori (donc dans le même secteur) un rassemblement de jihadistes préalablement repérés après une opération de renseignement de plusieurs jours. Elle a "neutralisé" plusieurs dizaines d'entre eux, a-t-il ajouté.

Le comportement des individus, leur équipement et le recoupement du renseignement excluent autre chose qu'un rassemblement jihadiste comme Barkhane en frappe régulièrement, a précisé l'état-major. "Il ne peut y avoir de doute et d'ambiguïté: il n'y avait pas de mariage", a assuré un responsable militaire français.

Des villageois joints sur place livrent une autre version. Elle diffère à ce point et l'indigence d'informations est telle que, parmi de multiples conjectures, l'hypothèse d'évènements concomitants dans le même secteur ne peut être totalement exclue.

Les villageois veulent savoir "à qui appartient l'hélicoptère"

Les villageois ont relaté une frappe d'hélicoptère en plein jour semant la panique dans une foule assemblée selon eux pour des noces. Cela "a été le sauve-qui-peut. Je me suis retrouvé en brousse mais j'ai perdu deux frères", a dit Ahmadou Ghana. "L'hélicoptère volait très bas, au point qu'on croyait qu'il allait survoler le village", a abondé un autre villageois, Mady Dicko.

Depuis dimanche, "nous n'avons vu aucun représentant des autorités. Alors, ce matin, on a creusé une fosse pour mettre les corps, qui sont restés là depuis dimanche sans que personne n'y touche", a dit Mady Dicko.

Les corps "ne sont pas identifiables, ce sont des restes de corps, des morceaux de corps humains éparpillés", a rapporté un autre villageois, Hamdoun Baouro Sy. "Nous aimerions que les autorités viennent au moins nous dire à qui appartient l'hélicoptère, qui a tué nos parents".

Sollicitées à maintes reprises, les autorités maliennes dominées par les militaires depuis le putsch du 18 août sont restées silencieuses. La force des Nations unies (Minusma) a affirmé qu'elle n'était "pas impliquée dans les évènements survenus récemment dans la zone de Bounti". "La division des droits de l'Homme de la Minusma a initié une enquête", a indiqué un porte-parole.

S.B.-E. avec AFP